SOPHIA ARAM

SOPHIA ARAM

Humour

SOPHIA ARAM

A NOS AMOURS …

VENDREDI    10 AVRIL
20H30            AU THEATRE

Durée : 1H20
Tout public / + de 12 ans
Tarif A : (22€/18€/14€)

Sophia Aram commence l’improvisation théâtrale au lycée, puis joue dans la compagnie du Théâtre du Sable. Elle écrit ensuite pour la télévision avant d’entamer une carrière seule en scène. Parallèlement elle anime une chronique humoristique dans la matinale de France Inter puis fait un détour sur France 2 (Jusque ici tout va bien).
Trois ans après son dernier spectacle, Sophia remonte sur scène avec un quatrième one-woman show à son image : drôle et engagé.
Après avoir passé à la loupe l’école, la religion et la montée des extrêmes dans ses précédents spectacles, elle observe à nouveau la société et pose, dans A nos amours… la question du sexisme.
Un seul en scène dans lequel elle brocarde aussi bien les contes de fées, que la banalisation des violences faites aux femmes. Inégalité homme-femme, menstruation, plaisir féminin, croyances religieuses, éducation, l’humoriste déconstruit les idées reçues avec espièglerie et sans tabou.

LA PRESSE EN PARLE

« Quand Sophia Aram agace, elle en fait des spectacles. Dans A nos amours, elle expose sur scène les mécanismes sexiste de la société. Armée de son sourire et d’une pointe d’acidité, elle manie l’art du constat avec un humour cinglant ». Télérama

Textes : Benoît Cambillard et Sophia Aram – Musiques : Raphaël Elig – Lumières : Fabienne Flouzat et Julien Barrillet – © Benoît Cambillard

Kasbah Productions et 20h40 Productions.

Fahrenheit 451

Fahrenheit 451

Théâtre I Vidéo

FAHRENHEIT 451

d’après Fahrenheit 451 de Ray Bradbury
PAR LA COMPAGNIE LES ARPENTEURS DE L’INVISIBLE

MARDI        14 AVRIL
20H30         AU THEATRE

Durée : 1H55
Tout public / + de 14 ans
Tarif B : (15€/10€/5€)

Dans une société future qui a perdu le goût de lire et dans laquelle les pompiers ont pour mission de brûler les livres, Guy Montag, pompier sans histoire, à la faveur d’une rencontre avec Clarisse McClellan, commence à remettre sa vie en question et à lire des livres… Il prend alors conscience de l’absurdité d’un système dont il est l’incarnation et décide d’agir.
Ce spectacle interroge notre présent, en transposant Fahrenheit 451 de Ray Bradbury, oeuvre d’anticipation dystopique écrite en 1953, dans un futur proche où les dérives d’aujourd’hui auraient triomphées. En projetant cette oeuvre, mettant en scène une société obsédée par la destruction des livres, symboles d’altérité, dans une société conditionnée par l’hyper-connexion, l’immédiateté, l’hypertrophie du moi et l’explosion des fakenews, il est posé de façon radicale la question de notre rapport à l’autre dans la disruption en cours.
Ne traversons nous pas une crise de l’altérité ? A l’heure de la post-vérité, du narcissisme de masse, de l’anonymat, quelle place réservons-nous à l’autre ? Ne sommes-nous pas dans une société de la défiance, où l’insensibilité, les réactions faciles ou haineuses sont devenues ordinaires ? La question de la place du livre, de la littérature et de l’art au sens large du terme, n’est-elle pas aujourd’hui absolument nécessaire ? L’art n’est-il pas cet espace où l’on peut prendre le temps de s’ouvrir à la sensibilité, à la connaissance de l’autre et donc à soi-même ?

Adaptation et mise en scène : Florian Goetz et Jérémie Sonntag – Interprétation : Jessica Buresi, Philippe Canales, Alain Carbonnel, Cécile Coustillac, Clotilde Daniault, Jérémie Sonntag – Création vidéo : Emilie Villemagne (eMTv) et Elise Passavant (Tankmutation) – Scénographie : Alice Duchange – Costumes : Juliette Gaudel – Création lumières : Thierry Alexandre – Création et régie son : Maxime Vincent – Régie lumières : Thierry Alexandre ou Florian Huet – Construction décors : Demis Boussu – Chargée de production et de diffusion : Emmanuelle Dandrel – Administration et production : Virginie Hammel – Le petit bureau – © Gilles Rammant

Production : Les arpenteurs de l’invisible // Coproduction :La Ferme de Bel Ebat, le Théâtre de St Maur, le Théâtre de Corbeil Essonnes, le Théâtre d’Aurillac, le Théâtre Madeleine Renaud – Taverny, le Théâtre de Fontainebleau // Avec le soutien de la Drac Île de France, d’Arcadi Île-de-France, du Dicréam, de l’Adami et de la Spédidam // Aides à la résidence : le TGP CDN-St Denis, la Ferme du Buisson, le Théâtre M.Renaud – Taverny, la Ferme de Bel Ébat, le Théâtre Roublot – Fontenay sous Bois //Remerciements : L’Odéon – Théâtre de d’Europe // Avec la participation de la Comédie de Poitou- Charentes – Centre Dramatique National.

Festival / LES PHONOLITES

Festival / LES PHONOLITES

Festival  PHONOLITES

Portraits, Visages, Regards 

Du 17 au 19 mai 2019

Les opérateurs culturels du territoire renouvellent, le temps d’un week-end, l’expérience réussie des Phonolites. Comme l’an dernier, ils se mettent au diapason et conjuguent les arts tout au long de ce jeune festival familial et convivial. Les Phonolites 2019, ce sont trois jours autour d’une thématique commune, celle des visages et des regards.
En écho aux portraits de la famille Parry, exposés dans les musées, ces journées invitent le spectateur à trois jours de vibrations, d’oscillations, de mouvements, de sons, d’images, de visages et de portraits dont l’épicentre se situera autour du jardin des carmes le samedi 18.
Pour cette deuxième édition, le Conservatoire de Musique et Danse d’Aurillac, le Musée d’Art et d’Archéologie, le Muséum des volcans, le Théâtre d’Aurillac, La Manufacture, le cinéma Le Cristal, la Médiathèque Communautaire du Bassin d’Aurillac, le Cantal Photo Club et les artistes amateurs et professionnels vous invitent à entrer dans les cadres… et à sortir du cadre !
Au centre de cette édition 2019, le collectif ARFI (Association pour la Recherche d’un Folklore Imaginaire), compagnie Lyonnaise en résidence dans le cadre du dispositif « Échappées Belles » mené par le service de développement culturel du Conseil Départemental du Cantal.

Pour en savoir plus voici le PROGRAMME

 

 

 

Attention changement de lieu / POESIE

Attention changement de lieu / POESIE

LES MOMENTS POETIQUES D’AURILLAC

MEREDITH LE DEZ

JEUDI 16 MAI – 18H30 – AU THÉÂTRE D’AURILLAC

POÉSIE  – DURÉE : 1H – TOUT PUBLIC

ENTRÉE GRATUITE

Attention au changement de lieu,
la rencontre devait avoir lieu au musée d’art et d’archéologie,
elle est déplacée au Théâtre !

En partenariat avec l’association « La Porte des poètes »

Écrivain et poète, Mérédith Le Dez vit et écrit à Saint-Brieuc, en Bretagne. Initialement professeur de Lettres modernes, puis éditrice, elle consacre aujourd’hui pleinement sa vie à la littérature, entre création personnelle et engagement bénévole en faveur du livre et de la culture.
Elle est vice-présidente chargée de communication des Escales de Binic-Festival de Littératures vagabondes et cofondatrice de Un jour un poète avec Paul Dirmeikis qui a mis en chanson plusieurs de ses textes. Elle anime de nombreuses rencontres littéraires et des journées d’écriture.
Éditée depuis 2008, alternant poésie et prose, outre des contributions en revue.
Les thèmes qui l’inspirent sont le rapport intime, intellectuel et physique, à la langue ; la nostalgie, le désir et le manque comme terreau de l’écriture ; la construction de l’identité et l’impossibilité de véritablement trouver sa place dans un monde en crise(s). Elle a publié deux romans, Le cœur mendiant (La Part commune, 2018) et Baltique, roman fantôme (le bruit des autres, 2015) un récit Polska (éditions Folle Avoine, 2010) et plusieurs livres de poésie dont les plus récents sont La nuit augmentée (éditions Mazette, 2018) ; Cavalier seul, avec des encres de Floriane Fagot (éditions Mazette, 2016, Prix Vénus-Khoury-Ghata 2017).

« Une nuit je me réveille
déchirée de grands cris
et je tends l’oreille
mais il n’y a rien

rien que le silence
qui grésille un peu
de cette douceur si
particulière la nuit. »
(Cavalier seul)

SORTIE DE RÉSIDENCE / Cie La Transversale

SORTIE DE RÉSIDENCE / Cie La Transversale

David Bowie / LAZARUS

 

SORTIE DE RÉSIDENCE

 

Le Théâtre d’Aurillac a le plaisir d’accueillir en résidence de création la compagnie La transversale du 15 au 25 avril . Elle préparera son prochain spectacle :

« Résilients de la République »
d’après Vernon Subutex de Virginie Despentes

La Compagnie La Transversale se lance dans l’exploration du dernier roman de Virginie Despentes. Un roman qui parle du rock perdu, d’un disquaire à la rue qui erre chez des amis, d’appartement en appartement. Nous rentrons ainsi dans une mosaïque de la société d’aujourd’hui, par le prisme d’un looser magnifique… 
A la recherche de ce qui a été perdu, une nouvelle utopie serait-elle en train de se dessiner ?

 

Une sortie de résidence est programmée le :
Jeudi 25 avril au Théâtre à 18h30

Une présentation de travail et une rencontre avec l’équipe artistique de la compagnie seront proposés au public. Puis pour clôturer la soirée par un moment convivial, nous convions les spectateurs à Une auberge espagnole !
Chacun est invité à amener un plat froid (salade, quiche …) ou/et un dessert à partager !
(Les boissons seront offertes )

 

Entrée gratuite – Tout public (A partir de 16 ans)
Réservation obligatoire jusqu’au 16 avril 2019

Billetterie du Théâtre : 04 71 45 46 04 / billetterie@aurillac.fr
• mardi : 15h / 19h
• mercredi : 13h30 / 17h30
• jeudi : 12h / 17h30
• vendredi : 13h30 / 16h30
• samedi : 9h / 12h

Festival de jazz / EQUINOXE

Festival de jazz / EQUINOXE

Festival  EQUINOXE

Le Théâtre Municipal d’Aurillac est heureux de vous présenter la quatrième édition du festival EQUINOXE. Célébrant le jazz dans sa richesse et sa diversité, cette manifestation invitera les spectateurs à se promener dans les univers musicaux de Vincent Payen avec son groupe Leeway, de Robin McKelle et du très célèbre Kenny Garret venu des Etats-Unis pour une tournée en France.

Le festival se déroulera du 22 au 24 mars sur la scène du Théâtre d’Aurillac.

Trois concerts sont au programme :



LEEWAY

Vendredi 22 mars – 20h30 – Au Théâtre
Tarifs : 15€ / 10€ / 5€ – Pass Equinoxe (3 concerts) : 38€

« Groove et tendresse sont au rendez-vous d’un soul jazz tonique et funky. Animé d’une
volonté de transmission directe de sa bonne vibration, Leeway est fédérateur, à même de rallier à sa cause enjouée plusieurs générations d’amoureux du jazz, mais aussi de toutes les musiques nourries d’une pulsation salutaire, celle du coeur. » – Citizen Jazz.

 

ROBIN McKELLE
Samedi 23 mars – 20h30 – Au Théâtre
Tarifs : 15€ / 10€ / 5€ – Pass Equinoxe (3 concerts) : 38€

« Un 8ème album , somptueux . Accompagnée de musiciens hors pair, Robin McKELLE s ‘attache ici à parfaire tous ses talents : production, arrangements, chant , compositions… ».

 

 

THE KENNY GARRETT QUINTET
Dimanche 24 mars – 17h – Au Théâtre
Tarifs : 22€ / 18€ / 14€ – Pass Equinoxe (3 concerts) : 38€

Enragé et funky, aussi à l’aise dans le hard bop le plus complexe que dans le jazz le plus soyeux, Kenny Garrett est considéré comme l’un des meilleurs souffleurs de la jazzosphère contemporaine.
Son dernier album, Do your Dance exprime la versatilité musicale de Kenny Garrett et l’inscrit davantage dans le rang des inspirateurs, des éclaireurs. De la bossa au rap en passant par le calypso, Kenny Garrett plonge son saxophone. Il semble faire appel aux influences qui furent les siennes, pour en faire un cocktail dansant, groovant.