DJAZIA SATOUR

DJAZIA SATOUR

Pop I Folk

DJAZIA SATOUR

« ASWÂT »

SAMEDI     23 NOVEMBRE 
20H30        AU THEATRE       


Durée : 1H15
Tout public 
Tarif B (15€/10€/5€)

Djazia Satour revient avec un nouvel album intitulé Aswât (Des voix) qui explore, dans une veine subtile et personnelle, l’héritage musical algérien. On reconnaît dans ses compositions les influences les plus actuelles, teintées de folk et d’une pop acoustique et percutante. L’inspiration s’infléchit cependant de façon marquée vers les genres traditionnels qui ont bercé ses premières années .

Les textes évoquent sur un ton à la fois intuitif et distancié les thèmes de la dépossession, de l’exil et de l’errance (Ida, Taleb Laman, Chouf Ellil), en appelant à la mémoire et à l’amour qui y avivent la nostalgie des lieux désertés et des gens disparus (Souâl, Loun Liyam, Ya Ma  al). Ce sont autant de voix qui répercutent le tumulte du monde, dont La mélodie des vents (Neghmat Erriah) entrelace “les cris et les  lamentations”.
Djazia Satour ne pouvait donc mieux s’exprimer aujourd’hui qu’en arabe, langue d’écriture de toutes les chansons.

LA PRESSE EN PARLE

« Le son est brut, presque palpable, tandis que les mélodies chantées en arabe d’une voix puissante, tels des hymnes, sonnent comme un appel irrésistible vers un autre monde. L’authenticité de cette artiste rafraîchissante, doit autant à l’invention qu’à la tradition». Africaweb

« Exposition sensorielle de contes vivants, Aswât est l’une des oeuvres les plus variées et personnelles de cette fin d’année ; mais elle demeure plus que tout universelle, revendicative et réfléchie. Une véritable merveille. » Raphaël Dupret – Scéno

Djazia Satour : chant – Benoit Richou : guitare & choeurs – Rabah Hamrène : instruments traditionnels (derbouka, banjo, mandole, bendir,
violon) – Pierre-Luc Jamain : clavier – Grégory D’Addario : batterie // Production : Daydream Music – © Yannick Siegel
SUR LE FIL

SUR LE FIL

Théâtre I Musique I Danse 

SUR LE FIL

PAR LE COLLECTIF « Sur le fil de la vie »

Résidence départementale cantalienne initiée
par le Conseil Départemental du Cantal

JEUDI      28 NOVEMBRE 
18H00      AU THEATRE       

Durée : 40MN
Jeune public / de 0 à 3 ans
Tarif C (5€)

Le spectacle Sur le fil interroge notre rapport au temps et au grand livre de la vie : draps, pots de terre, voix et corps en mouvement sont les matières de cette proposition qui se tisse en direct. Les artistes inventent dans l’instant un moment unique et ludique où chaque spectateur se raconte sa propre histoire.

« Dessiner l’espace de jeu, cheminer au gré des cartes du temps
Choisir en écoutant la voix du hasard
Vibrer aux sons des carillons de peaux de terre
Danser les résonances, les équilibres et les vertiges
Tisser des liens, croiser les chemins, déployer les rencontres
Etirer le temps, déplier l’instant, oser le jeu »

Ce projet, initié et coordonné par le Conseil Départemental du Cantal (Service développement culturel) est le fruit d’une réflexion commune et d’une précieuse collaboration avec les communautés de communes et communes partenaires (Communautés de communes Sumène Artense, Hautes Terres Communauté, Cère et Goul en Carladès, Châtaigneraie Cantalienne, Saint-Flour Communauté, Ville d’Aurillac), lieux de programmation, structures petite enfance, Ehpad, médiathèque du Conseil départemental, médiathèques cantaliennes. Ce projet a bénéficié du soutien financier de la DRAC Auvergne – Rhône-Alpes, de l’ACAL (Association cantalienne des amis de la lecture) ainsi que des structures culturelles et petite enfance partenaires. Les cinq artistes du collectif ≪ Sur le fil de la vie ≫ sont réunis au sein de l’association aurillacoise Bach+2 – Le Kiosque constitue leur structure administrative et leur producteur.
Avec : Florian Allaire, musicien, comédien (Cie A Tous Vents) – Virginie Basset, musicienne (Cie Axotolt) – Cécile Demaison, comédienne, conteuse (Cie Les Cailloux Brûlants) – Claire Newland, danseuse (Cie Siloe) – Hélène Poussin, comédienne, lectrice (Cie Les Pieds Bleus) – © Daniel Aimé
POESIE / Lili Frikh

POESIE / Lili Frikh

© Claire Lhomme & Françoise Cuxac

Poésie

LILI FRIKH

LES MOMENTS POETIQUES D’AURILLAC

En partenariat avec l’association « La Porte des Poètes »

VENDREDI     29 NOVEMBRE 
18H30             MUSEE D’ART & D’ARCHEOLOGIE      

Durée : 1H
Tout public 
Entrée gratuite

Lili Frikh fait des études de philosophie à Montpellier et oublie…
Après Lalala album « CHOC » dans le monde de la musique et sa Peinture sans Peinture (démarche artistique, Prix de l’élan créateur décerné par l’Académie Internationale des Arts et Lettres, 2009), elle sort un premier livre BLEU/ciel non compris, (préface Alain Borer, Gros Textes, 2012). Extrêmement sensible aux nouvelles données de création, elle poursuit un dialogue sans limite à travers un CD : Tu t’appelles comment ? (album d’ambiant électronique et poésie, production et réalisation Brieuc Le Meur, f4 éditions, Berlin, 2017).
Entre les deux albums, un silence de plus de 20 ans, la révolution internet, et un choix : le choix d’une utilisation rigoureusement   émotionnelle des outils technologiques.
En 2017, elle publie Carnet sans bord (La rumeur libre éditions), qui reçoit une mention spéciale du Prix René-Leynaud créée pour ce livre et Tôle froissée, Sélection SGDL du prix Révélation Poésie 2018. Son nouveau livre La vie monstre paraît cette année à La Boucherie littéraire. Lili Frikh est également présente dans des publications collectives et en revues.

« Les choses et les bêtes parlent. Elles vivent et meurent pareil, ensemble. Les hommes se taisent. Ils sont séparés… »

CES FILLES-LA

CES FILLES-LA

Théâtre

CES FILLES -LA

PAR LA COMPAGNIE ARIADNE

MARDI    3 DECEMBRE
20H30     AU THEATRE       

Durée : 1H20
Tout public / + de 13 ans
Tarif B (15€/10€/5€)


MARDI 3 DECEMBRE : 14H

Douze comédiennes professionnelles et huit adolescentes étudiantes à Aurillac, explorent les rapports entre le groupe et l’individu.
Les filles de Sainte Hélène, prestigieuse institution, ont grandi ensemble. Elles ont juré qu’elles seraient amies pour la vie. Mais quand une photo de Scarlett nue fait le tour des élèves, les filles l’évitent, chuchotent, et les garçons rigolent.
Isolée, harcelée, Scarlett est obligée de changer de lycée. Mais son histoire la rattrape, sa photo circule à nouveau. Elle disparaît et les médias s’emparent de l’histoire.
Au milieu du chœur des filles, surgissent des voix plus anciennes, celles de femmes de générations passées, des années 20, 60, 80, des femmes qui se sont battues pour leurs droits, pour leur liberté. 20 voix, 20 corps pour raconter l’histoire de Scarlett au présent et au passé en jonglant entre dialogues, récits et chorégraphies. L’occasion pour Anne Courel de mêler artistes et amateurs pour une oeuvre collective et singulière.

LA PRESSE EN PARLE

« Avec une particularité : la présence, aux côtés des comédiennes professionnelles de la compagnie Ariadne, de jeunes filles d’ici, choisies pour jouer une pièce saisissante dans laquelle chaque jeune, ou presque, peut se reconnaître.[…] «Ces filles-là» a mis en scène la condition féminine, d’hier mais surtout d’aujourd’hui, avec le grand danger que peuvent représenter les dérapages sur les réseaux sociaux. Des mots parfois crus, certes, mais ne sont-ils pas utilisés par tous, ou presque? Du théâtre, un peu de danse, beaucoup de créativité, d’imagination et de talent : voilà ce qu’ont présenté à Marmande « Ces filles-là ». Le Républicain

« Comme à son habitude, Anne Courel est intéressée par un théâtre on ne peut plus vivant, qui puise sa force dans le quotidien, l’adolescence et les rapports humains. Le texte du canadien Evan Placey « Ces filles-là » questionne la force de l’image, son importance et ses dégâts.». Le Dauphiné Libéré

Création : compagnie Ariadne / Mise en scène : Anne Courel / Texte : Evan Placey traduit par Adélaïde Pralon / Avec Claire Cathy,  Sophia Chebchoub, Maïanne Barthès, Marie-cécile Ouakil, Léonie Kerckaert, Charlotte Ligneau, Audrey Lopez, Manon Payelleville, Solenn Louër, Elsa Thu-Lan Rocher, Helena Sadowy, Bérengère Sigoure / Dans le cadre des missions d’éducation artistique et culturelle du théâtre, 8 adolescentes participent aux représentations de « Ces Filles-là » – Assistant-e-s à la mise en scène : Marijke Bedleem et Benoît Peillon / Scénographie : Stéphanie Mathieu /Costumes : Cara Ben Assayag et Claude Murgia / Création et régie lumières-vidéo : Alexandre Bazan et Guislaine Rigollet / Création univers sonore et régie son : Clément Hubert / Chorégraphie : Sylvie Guillermin / Images : Jean-Camille Goimard / Cheffe de choeur : Audrey Pevrier – © Guillaume Ducreux

// Coproduction Le Grand Angle, Scène Rhône-Alpes Voiron / Le Grand R, Scène nationale La Roche-sur-Yon / MOMIX Festival international jeune public à Kingersheim en partenariat avec le CREA / Ville de Cournon d’Auvergne-La Coloc’ de la Culture / La
Maison des Arts du Léman. // Spectacle créé en résidence à la Coloc’ de la Culture à Cournon d’Auvergne, à la Balise 46-MJC de Villeurbanne et la Ville de Villeurbanne, au Grand R à la Roche-sur-Yon, au Théâtre de Givors et à la Minoterie de Dijon-Pôle de création jeune public et d’éducation artistique // Avec la participation artistique de l’ENSATT, le soutien du Fonds d’Insertion pour les Jeunes Artistes Dramatiques, de la D.R.A.C. et la Région Provence-Alpes-Côte d’Azur, de l’Ecole de la Comédie de Saint-Etienne / DIESE # Auvergne-Rhône-Alpes et en partenariat avec le Geiq théâtre compagnonnage // Avec l’aide à la création du Conseil départemental de l’Isère, l’aide à la création de la SPEDIDAM et l’aide à la production du CNCDICRéAM // La pièce a obtenu l’aide à la création d’ARTCENA. // La Compagnie Ariadne est conventionnée par la DRAC et la Région Auvergne-Rhône-Alpes.

DOSE LE SON

DOSE LE SON

Concert pédagogique pour la prévention des risques auditifs

DOSE LE SON

PAR LE GROUPE CHISPUN SOUND SYSTEM

Dispositif coordonné par Grand Bureau, Réseau Musiques Actuelles Auvergne-Rhône-Alpes à destination des établissements scolaires
En partenariat Agi-Son et le Théâtre d’Aurillac

JEUDI     5 DECEMBRE
10H00     AU THEATRE       

Durée : 1H30
Public scolaire :
de la 4ème à la Termiale

Entrée gratuite : Inscription obligatoire

Les concerts pédagogiques Dose le Son sensibilisent les publics à la préservation de l’audition, en particulier celle des adolescents, face à la pratique et l’écoute répandues de musiques amplifiées.

En alliant le plaisir de l’écoute à fort volume sonore, au développement d’une gestion individuelle du temps d’exposition, Dose le Son s’inscrit dans une démarche de responsabilisation de chacun face à la gestion du risque.

Dans le cadre d’un concert d’un groupe régional, et sur un principe interactif et pédagogique d’animation, le spectacle alterne morceaux, vidéos, prises de paroles, quizz, etc.
Centré autour de quelques messages clés, le spectacle vient illustrer la thématique.

Cette année c’est le groupe Chipsun Sound System qui invite les participant.e.s à voyager avec lui dans une embarcation imaginaire. Celle-ci est figurée sur scène de manière allégorique dans la composition et la disposition des objets musicaux et scénographiques vidéo-mappés. L’équipage au complet part à l’assaut des sirènes, métaphores du plaisir lié au son, et de ses dangers.
Au fil du voyage, l’équipage va devoir apprendre à se protéger, à se défendre, mais aussi à s’ouvrir, à découvrir, à ressentir…
Pour naviguer, il va falloir dealer avec les sirènes. Ainsi, sur ce fil rouge d’une narration métaphorique, vient se greffer en filigrane une narration plus réaliste: la structure de l’embarcation répond à la physiologie et la mécanique de l’oreille, le calcul de la vitesse passe des nœuds aux décibels; au fur et à mesure des pérégrinations, aventures et incidents sur ce moyen de transport aux quatre vents, nous apportons des informations clés vis à vis du fonctionnement de l’oreille et des dangers qui la guettent.

ENTREE GRATUITE – INSCRIPTION OBLIGATOIRE
L’inscription des élèves et de leurs accompagnateurs est à effectuer par une personne de l’établissement scolaire directement auprès de l’équipe de Grand Bureau. Les réservations se feront via une plateforme en ligne qui vous sera communiquée par Grand Bureau.
Les équipes pédagogiques s’engagent à mener un travail avec leurs élèves en parallèle de la venue au concert pour délivrer les connaissances « de base » autour de la prévention des risques auditifs.
Contact : doseleson@grandbureau.fr   /     07 81 48 17 39
Membres du groupe : Claire Bluteau : comédienne, auteure, chanteuse – Giles Davenport : technicien son, guitariste – Jacques-André Dupont : vidéo-mapping, human beatbox – Julien Grosjean : batterie, synthétiseurs, guitare, voix – Pierrick Monnereau : dispositif numérique, violon, voix.
THEO FOUCHENNERET

THEO FOUCHENNERET

© Lyodoh Kaneko

Musique classique

THEO FOUCHENNERET

Festival Voyage d’Hiver – 24ème édition
En partenariat avec l’association « Musica Formosa »

DIMANCHE    8 DECEMBRE
17H00            AU THEATRE       

Durée : 1H
Tout public
Tarif B (15€/10€/5€)

Théo Fouchenneret remporte le 1er prix du Concours international de Genève en 2018 et nommé dans la catégorie « Révélation » aux Victoires de la musique classique 2019. Ce jeune pianiste est au seuil d’une carrière prometteuse. La sensibilité et la poésie de son toucher mais aussi la maturité de ses interprétations le distingue unanimement des pianistes de sa génération.
Après de brillantes études au CRR de Nice, il continue de bénéficier d’un enseignement d’excellence aux côtés de pédagogues d’exception qui forgeront les derniers contours de ce musicien complet. Il obtient les plus hautes distinctions au CNSM de Paris.
L’année 2018 marque un tournant dans la carrière du jeune pianiste. Quelques mois avant de triompher au Concours de Genève, il remporte le 1er prix ainsi que 5 prix spéciaux au Concours international de musique de chambre de Lyon avec le Trio Messiaen constitué de D.Petrlik et V. Van Keulen ; ils sont actuellement en résidence à la Fondation Singer-Polignac.
Si Théo est régulièrement l’invité des émissions de radio et de télévision, c’est bien sur scène qu’il porte ses principales interprétations. Déjà de nombreuses salles françaises l’ont applaudi et son talent s’exporte jusqu’à l’étranger, partageant la scène avec des musiciens les plus doués de sa génération.

PROGRAMME :
Johannes Brahms / Variations et fugue sur un thème de Haendel opus 24
Béla Bartok / Suite opus 14
Ludwig van Beethoven / Sonate pour piano nº 29 en si bémol majeur opus 106 « Hammerklavier »