editos

 

A la découverte de nouveaux horizons !

Une nouvelle Saison Culturelle s’offre à vous.

« Puisque la Culture ne s’hérite pas, mais s’acquiert », cette saison n’est pas le fruit du hasard, mais celui du mariage entre tradition et nouveauté.
La Culture, source d’émancipation et d’épanouissement individuels et collectifs, doit être exigeante… mais pas élitiste. Aussi, saison après saison, la municipalité d’Aurillac s’efforce de proposer une programmation pluridisciplinaire accessible à tous.
De plus, pour que chacun puisse y trouver ce qu’il attend, notre Saison Culturelle est axée sur les notions de diversité et de nouveauté. Ainsi, elle offre de nombreuses occasions de rencontrer des artistes et des œuvres dans des esthétiques et des formes artistiques variées.
Pour mener à bien cette ambition, l’équipe municipale fait une nouvelle fois le choix volontariste et assumé de maintenir son effort financier en matière d’offre culturelle. En effet, promouvoir la culture et rendre accessibles ses manifestations au plus grand nombre requiert un investissement financier conséquent mais à mon sens parfaitement justifié et indispensable.
La « plaquette » que vous tenez entre vos mains est votre guide pour satisfaire au mieux vos goûts et vos envies : danse, théâtre, musique, poésie, lecture…
Tout au long de l’année, les rendez-vous vont s’enchaîner comme des moments de pur bonheur. Alors laissez-vous emporter et venez nous rejoindre pour partager un voyage aux multiples facettes entre imaginaire et réalité.

Bonne Saison Culturelle à toutes et à tous !

Pierre MATHONIER,
Maire d’Aurillac.

 

 

Deux symboles pour Un théâtre, le théâtre d’Aurillac.

Pour figurer le théâtre, deux symboles en effet se répondent, et nous invitent à les interroger. Que nous disent-ils de la scène de la ville ?
D’une part, le « grand T » de Théâtre, un « grand T » complexe, qui peut perdre le non-initié, laissé sans guide, dans le labyrinthe de la création actuelle.
D’autre part, l’épure de Vitruve, architecture simple et ouverte, un cercle parfait que le regard embrasse, sans dédale.
Vers lequel de ces deux symboles la saison nous invite-t-elle ? Assurément le second.
Elle nous éloigne d’un Théâtre au « grand T » « qui ferait peur », et vient au contraire nous guider vers les oeuvres.

Comme autant de fils d’Ariane, les liens précis que la programmation tisse entre les esthétiques, les sensibilités d’artistes, les thématiques jouées, nous mènent à découvrir, à s’émouvoir, à revenir.

Fort de son symbole, notre théâtre affiche sur la façade de la mairie les grands rendez-vous qu’il nous donne, affiche avec fierté son ouverture sur la cité, son ouverture à tous.

Catherine AMALRiC, 
Adjointe à la Culture.

Share This