MA LANGUE MATERNELLE VA MOURIR..

MA LANGUE MATERNELLE VA MOURIR..

SPECTACLE REPORTE SAISON 2021/2022

Conte – Musique


MA LANGUE MATERNELLE VA MOURIR ET J’AI DU MAL A VOUS PARLER D’AMOUR

DE ET PAR YANNICK JAULIN

 

Dans le cadre de la manifestation « Las Rapatonadas »
En partenariat avec l’Institut d’Etudes Occitanes

 

JEUDI 12 NOVEMBRE
20H30 – AU THÉÂTRE


Durée : 1H20
Tout public – A partir de 14 ans
Tarifs B : 12€/9€/5€

 

Un spectacle avec Alain Larribet : un concert parlé sur la domination linguistique, la fabuleuse histoire des langues du monde, la transmission et la langue maternelle. Une interférence musicale en émoi, la dorne qui dalte sur un chant des tripes béarnaises. Un joyeux baroud d’honneur des minoritaires. Une jouissance langagière partagée sur un plateau frugal.

Jaulin aime les mots, ce n’est pas nouveau. La langue est son outil de travail et le voilà qu’il parle de son outil, il met des mots sur les siens, le français qu’il adore, sa langue de tête, et le patois, sa langue émotionnelle, la vénération pour toutes ces petites langues échappant à l’économie mondiale. Il raconte joyeusement son amour des langues en duo avec Alain Larribet musicien du monde et béarnais. Il parle de son héritage sensible et de ses lubies : la honte des patois, la résistance à l’uniformisation, la jouissance d’utiliser une langue non normalisée, et la perte de la transmission, car avec les mots disparaissent aussi les savoir-faire, les savoir-être au monde. Un spectacle comme un jardin de simples, vivifiant et curatif et un Jaulin qui bataille avec les « maux » de sa langue.

LA PRESSE EN PARLE

« Accompagné par le béarnais Alain Larribet, il se fait à la fois historien du langage à travers les siècles, avocat des langues minoritaires, pourfendeurs du centralisme jacobin. Le français est sa langue de tête, le patois, celle du cœur. Son plaidoyer est éloquent, habile et jouissif. Émouvant aussi ! » Télérama
« Vous connaissez déjà Yannick ? Vous irez le revoir. Vous ne le connaissez pas encore ? C’est l’occasion. Cet extraordinaire conteur propose un formidable « concert parlé sur la domination linguistique ». A ne pas manquer ». L’Express

 

De et par : Yannick Jaulin – Collaboration à l’écriture : Morgane Houdemont et Gérard Baraton – Accompagnement musical et composition : Alain Larribet – Regards extérieurs : Gérard Baraton, Titus – Création lumière : Fabrice Vétault – Création son : Olivier Pouquet – Crédit photo : Eddy Rivière ou Florence Houchenot

Production Le Beau Monde ? Compagnie Yannick Jaulin // Coproduction Les Treize Arches, Scène conventionnée de Brive ; Théâtre de Gascogne, Scènes de Mont de Marsan ; Le Nombril du Monde, Pougne-Hérisson Coréalisation C.I.C.T.- Théâtre des Bouffes du Nord

LE ROUGE ETERNEL DES COQUELICOTS

LE ROUGE ETERNEL DES COQUELICOTS

SPECTACLE REPORTE SAISON 2021/2022

Théâtre


LE ROUGE ÉTERNEL DES COQUELICOTS

PAR LA COMPAGNE L’ENTREPRISE
François Cervantes

 

Spectacle en lien avec la manifestation « Le mois du documentaire » organisée par la Médiathèque du Bassin d’Aurillac

 MARDI 17 NOVEMBRE
20H30 – AU THÉÂTRE


Durée : 1H
Tout public – A partir de 12 ans
Tarifs B : 12€/9€/5€

 

« Latifa est d’origine Chaouïa, ses parents sont arrivés à Marseille dans les années cinquante. Elle tient un snack dans les quartiers Nord, qui va être détruit. Son snack, c’est l’essentiel, c’est sa vie. Elle l’habite comme elle habite son corps. J’allais manger chez elle et nous avons commencé à nous parler. J’étais impressionné par la puissance de son amour pour sa famille, ce quartier, cette enfance qu’elle a vécue là est impressionnante. Ces gens qui vivaient « dans du provisoire » ont connu des grands bonheurs, l’éternité de certains instants.

Je voudrais que cette parole voyage, qu’elle aille à la rencontre de ceux qui vivent ailleurs car « les quartiers Nord », les endroits qui se sentent marginalisés, abandonnés, sont partout.
Cette parole est la transmission de quatre-vingts années d’histoire ». François Cervantes

 

 

LA PRESSE EN PARLE

« Latifa dit souvent qu’elle n’a « pas les mots » pour exprimer les émotions qui la traversent. La beauté de cette pièce est de prouver qu’elle se trompe. Sa langue vive, combative et gouailleuse, à l’heure où le festival « off » vit ses derniers jours, résonnera comme l’une des plus mémorables ». La Croix, Jeanne Ferney 
« C’est merveilleux ! » Le masque et la plume, Armelle Héliot
« Ce spectacle est un grand moment de théâtre. Magnifique ! » Télérama, Emmanuelle Bouchez 

 

De François Cervantes (A partir de conversations avec Latifa Tir) – Avec : Catherine Germain – Création son et régie générale : Xavier Brousse – Création Lumière : Dominique Borrini – Peinture accessoires : Eva Grüber Lloret -crédit photo : Christophe Raynaud de Lage

Production | L’entreprise – cie François Cervantes // Partenaires de production |Friche La Belle de Mai, Marseille // Avec le soutien du Ministère de la Culture – DRAC PACA, Le Conseil Régional Sud – Provence Alpes Côte d’Azur, Le Conseil Départemental des Bouches du Rhône et la Ville de Marseille // Texte édité aux Solitaires Intempestifs, 2019.

VILAIN !

VILAIN !

SPECTACLE REPORTE SAISON 2021/2022

Théâtre Jeune Public – Film d’animation – Musique


VILAIN !

PAR LA COMPAGNIE THÉÂTRE A CRU

Création 2018

  JEUDI 19 NOVEMBRE
  20H – AU THÉÂTRE

Séances scolaires : 19/11/20 à 14h30 & 20/11/20 à 10h

Durée : 1H10
Tout public – A partir de 9 ans
Tarif C : 5€

 

Zoé est orpheline.
Elle s’apprête à nous raconter le Vilain petit canard et, comme prise dans le reflet d’un miroir, elle se retrouve déformée, abandonnée, au milieu d’une tempête.
Son passé la bloque, elle tourbillonne autour : dire, ne pas dire, « presque dire » ?
Zoé trouve sa voix, une voie pour s’ouvrir un avenir, s’offrir une renaissance.
Elle traverse, chante et dessine ses souvenirs, les trous, les ronces, les obstacles comme autant d’étapes constituantes de sa merveilleuse identité.

Vilain ! est une variation, sur le rebond et la résilience (ce concept qui nous raconte comme l’être humain dispose d’une grande capacité à renaître de ses blessures). Il met en résonance les écrits de Boris Cyrulnik avec le conte d’Andersen.
Ce spectacle fait le pari d’un théâtre intergénérationnel qui défend l’imaginaire en tant que source d’enrichissement et de construction individuelle. Le spectacle invente ses propres lois et cherche à s’émanciper des codes habituels de la narration.

« Il se dirigea alors vers eux, la tête basse, pour leur montrer qu’il était prêt à mourir. C’est alors qu’il vit son reflet dans l’eau : le vilain petit canard s’était métamorphosé en un superbe cygne blanc ». Hans Christian Andersen

 

LA PRESSE EN PARLE

 

« Vilain ! Pluridisciplinaire, quelle belle équipe, quel beau travail pour cette création tout public ! Une narration instantanée qui ébranle le dialogue et la logique pour parvenir à des émotions plus instinctives, une rythmique parfaite, un espace savamment utilisé, des décors hors du temps résolument romanesque. Courrez y emmener vos enfants, à partir de 8ans. La jeunesse a droit aussi à du théâtre de qualité, subtil, qui va l’enchanter et la remuer intelligemment. » La Provence
« Ce spectacle, plein d’humour, regorge de créativité en explorant la profondeur de l’âme face à l’adversité. Saluons la performance de Nelly Pulicani qui rend ce spectacle étincelant». Theatre.com
« Vilain ! déroutera les trop petits (à conseiller à partir de 10 ans) mais embarquera les autres dans les aventures de Zoé, alter ego du canard du conte d’Andersen. Spectacle à l’énergie rock, voire hip-hop, « Vilain ! » fait monter l’émotion jusqu’à un flamboyant final ». Le Parisien

 

 

Écriture, conception, mise en scène Alexis ARMENGOL – Assistanat à la mise en scène Cindy DALLE – Interprétation Nelly PULICANI, Romain TIRIAKIAN, Shih Han SHAW –  Compositions musicales et chants Romain TIRIAKIAN, Camille TROPHÈME – Dessins et film d’animation Felix BLONDEL, Shih Han SHAW – Création et régie son Quentin DUMAY – Régie son Rémi BILLARDON et Matthieu VILLOTEAU – Création et régie lumière Michèle MILIVOJEVIC – Costumes Marion MONTEL – Scénographie Heidi FOLLIET – Regard scénographique Caroline GUIELA NGUYEN – Conseil dramaturgique Julien FIŠERA – Régie générale et régie lumière Rémi CASSABÉ – Régie plateau Aurélien TRILLOT et Stéphane FOUCHER – Diffusion Jessica RÉGNIER – Les 2 Bureaux – Administration et coordination Marie LUCET – Production de tournée Julie BLANCHEMANCHE – Photos (c) Florian Jarrigeon.

Théâtre à cru est conventionné par le Ministère de la Culture et de la Communication – DRAC Centre-Val de Loire, porté par la Région Centre-Val de Loire et soutenu par la Ville de Tours // Coproductions : les Scènes du Jura – Scène nationale Dole / Lons-le-Saunier (39) , Théâtre Olympia – Centre dramatique national de Tours (37), La Chartreuse – Centre national des écritures du spectacle, Villeneuve-lez-Avignon (30), MCB° Maison de la Culture de Bourges – Scène nationale (18), le Quai – Centre dramatique national d’Angers – Pays de Loire (49) // Aide à la création : Conseil départemental d’Indre-et-Loire // Aide à la résidence et soutien à la diffusion : La Minoterie – Pôle de création jeune public et d’éducation artistique, Dijon (21), CREA / Festival Momix – Scène conventionnée Jeune Public d’Alsace (68) // Avec le soutien du Jeune Théâtre National Construction du décor : Atelier de la MCB° Maison de la Culture de Bourges – Scène nationale (18) // Accueil en résidence : La Chartreuse – Centre national des écritures du spectacle, Villeneuve-lez-Avignon (30), Le Quai – Centre dramatique national d’Angers – Pays de Loire (49), Les Scènes du Jura – Scène nationale Dole / Lons-le-Saunier (39), le Volapük, Tours (37), l’Espace Malraux – Scène de Touraine, Scène régionale de Joué-lès-Tours (37), le 37éme Parallèle, Tours (37).

LoDka

LoDka

SPECTACLE REPORTE SAISON 2021/2022

Clown – Théâtre


LoDka

DE ET AVEC LES ARTISTES DU THEATRE SEMIANYKI ET NATALIA PARASHKINA

MARDI 24 NOVEMBRE
20H30 – AU THEATRE


Durée : 1H30
Tout public – A partir de 7 ans
Tarif B : 12€/ 9 € / 5€

 

 

Quatre artistes du Théâtre Semianyki, accompagnés de l’éblouissante Natalia Parashkina, nous embarquent dans le tumulte du quotidien d’un petit théâtre. Un univers où les acteurs sont piégés dans les personnages d’une pièce dont l’écriture échappe à tout contrôle.

Un kaléidoscope de personnages drôles et touchants dans des situations rocambolesques. Sans un mot, ces artistes nous communiquent leurs rêves, leurs chagrins, ainsi que leurs espoirs, avec une justesse poignante et un humour incisif.

 

LA PRESSE EN PARLE

 

« L’art du clown atteint son sommet ». Le Figaro
« Un univers clownesque devenu culte ». InfoCulture
« L’illustre troupe de la Famille Semianyki (issue du Licedei de Saint-Pétersbourg) est de retour avec un nouveau spectacle. LoDka, ou « petit bateau » en russe, est une création filant la métaphore, sans paroles, dans laquelle les quatre protagonistes, comédiens déjantés, hilarants, hallucinants comme hallucinés, tentent tant bien que mal de mettre au point une pièce de théâtre, embarqués sur un bateau qui tangue autant qu’eux. Un inclassable à courir découvrir. » – Stéphanie Barioz (S.Ba.) – Télérama

 

Mise en scène : Sergey Byzgu – Distribution : Olga Eliseeva, Alexander Gusarov, Yulia Sergeeva et Marina Makhaeva (artistes du théâtre Semianyki), avec la participation exceptionnelle de Natalia Parashkina – Régie Oxana Kasymova – Création Lumière : Maria Pavlova-Serebriakova – Création Son : Sergey Ivanov.

Photos©MariaMitrofanova,AlisaGill

LEON BRALDA

LEON BRALDA

SPECTACLE REPORTE SAISON 2021/2022

Poésie


LES MOMENTS POÉTIQUES D’AURILLAC

ALAIN BRALDA

En partenariat avec l’association La Porte des Poètes

MERCREDI 25 NOVEMBRE
18H30 – AU THÉÂTRE

Durée : 1H
Tout public
Entrée gratuite

Dans le cadre des Moments poétiques le Théâtre d’Aurillac accueille Léon Bralda. Le poète vit et travaille à Clermont-Ferrand. Son double Lionel Balard est artiste peintre, sculpteur et graveur. Il est le fondateur des « Editions de l’Entour » et des « Cahiers des Passerelles », livrets associant poètes et graveurs.

Léon Bralda est l’auteur d’une vingtaine de titres parus notamment aux éditions Henry, Alcyone, Donner à voir, Encres Vives, le Petit Pois…
Il ressort de sa poésie un appel, une soif « du Vivre » comme il l’écrit constamment dans de nombreux poèmes. Ainsi le flux de la vie parcourt le temps depuis l’enfance, la sienne et celle des autres. Vivre ne saurait oublier la mort, celle du père au cœur du recueil « Un silence de feu » de manière pudique et forte, mais aussi celle que les flots de l’Histoire charrient.

Ce mouvement de la vie porte la mémoire. Elle est le flux permanent de son écriture. Le poète puise dans les souvenirs de son enfance et rassemble l’espace investi dans ses jeunes âges dans les actes du poème cristallisés de livre en livre. Il s’agit ici de la mémoire intimement vécue. La mémoire intime se double chez Léon Bralda de la Mémoire de l’Humanité. Les recueils « Ntamara avril 1994 » et « Natzweiler-Struthof » dressent aussi bien par les poèmes que par ses gravures les terribles tragédies subies par les humains et provoquées par d’autres humains. Le poète exprime ici les écueils de la vie condensés dans « l’aporie du Vivre ».
Peut-être s’agit-il pour Léon Bralda de cerner dans les prémices de son existence les traces de son identité de poète et d’artiste. Et de maintenir au présent la déréliction des humains. D’où l’appel permanent de la vie, déclinée de livre en livre, par l’insistance du Vivre : « la saison du Vivre », « le miracle du Vivre » qu’« Un temps fécond » déploie jusqu’à atteindre dans « A la face de l’ombre » « l’ordinaire du Vivre ».

Léon Bralda est un poète à la recherche des « secrets enfouis sous l’éboulis de la mémoire et les précieux essaims de l’imagination ». Son écriture noue indissociablement le réel, matière du poème, et l’effervescence bourdonnante de la création artistique.

 

Bibliographie:
A l’aube de la voix, Donner à voir, 2020 ; NTAMARA Avril 1994, Cahiers de l’Entour, 2020 ; NATZWEILER-STRUTHOF, Cahiers de l’Entour, 2020 ; Un temps fécond, Editions Henry, 2019 ; De silence et de plomb, Alcyone, 2018 ; La voix levée, Alcyone, 2017 ; Liant le jour…, Editions Cahiers des Passerelles, 2016 ; Un silence de feu, Editions Encres Vives, 2016 ; Les Hautes tours, éd. Le Petit Pois, 2016 ; Des yeux si clairs, Editions Cahiers de l’Entour, 2016 ; De songe et d’images mêlées, Editions Cahiers de l’Entour, 2015 ; Ce souffle aux creux des arbres, Editions Cahiers de l’Entour, 2015 ; Au pas du jour, Editions Cahiers de l’Entour, 2014 ; D’orages et de ruines, Editions Cahiers de l’Entour, 2013 ; Le noir sous la paupière, Editions Cahiers de l’Entour, 2012 ; Un temps, ailleurs, Editions du Frau, 2011 ; De l’autre côté, Editions Cahiers de l’Entour, 2010 ; Une eau sombre, Editions Cahiers de l’Entour, 2008 ; Saisons éparses, Editions Cahiers des Passerelles, 2008

BERTRAND BELIN & Les Percussions Claviers de Lyon

BERTRAND BELIN & Les Percussions Claviers de Lyon

SPECTACLE REPORTE au 18/03/2021

Chanson – Orchestre


BERTRAND BELIN & LES PERCUSSIONS CLAVIERS DE LYON

VENDREDI 27 NOVEMBRE
20H30 – AU THÉÂTRE


Durée : 1H30
Tout public
Tarifs A : 22€/ 18€ / 14€

 

Auteur compositeur interprète et écrivain, Bertrand Belin a déjà publié 6 albums. Familier du hors-piste, il a également collaboré avec de nombreux créateurs pour le cinéma, la danse, et le théâtre. Dans le prolongement naturel de leur passionnante rencontre de 2018 avec Billy The Kid, un opéra de Gavin Bryars, Bertrand Belin et les Percussions Claviers de Lyon croisent à nouveau leurs énergies sur scène, rejoints par Thibault Frisoni, co-réalisateur de l’album Persona.

Après le succès de son dernier album (150 concerts), Bertrand Belin revisite dans cet environnement inédit une sélection concertée de son répertoire. Ses chansons singulières et généreuses se parent pour l’occasion de sonorités inédites, des plus chaleureuses aux plus puissantes. Un déplacement inattendu et captivant à ne pas manquer.

 

LA PRESSE EN PARLE

 

« Ses chansons à la poésie brute ne sont ni pop, ni rock. À son habitude, l’esthéte punk signe un album radical. Et ancré dans son temps ». Télérama – Valérie Lehoux, à propos de l’album Persona
« Bertrand Belin, Persona très grata Persona, nouvel album de Bertrand Belin, paraît ce vendredi 25 janvier. L’auteur-compositeur-interprète y déploie ses merveilles de créativité pour raconter à la première personne du singulier, une galerie de personnages. Bertrand Belin est dans Pop & Co ». France Inter – Rebecca Manzoni – 24 janvier 2019
« Bertrand Belin se concrétise dans son album Persona, comme dans son roman Grands Carnivores, le chanteur confirme sa singularité de tailleur de mots, en passant le réel, notamment la fragilité sociale, au tamis de son regard poétique ». Libération – Sabrina Champenois – 27 janvier 2019
 

 

Bertrand Belin : Chant, Guitare – Thibault Frisoni : Claviers, Basse, Choeurs – Les Percussions Claviers de Lyon : Sylvie Aubelle, Renaud Cholewa, Jérémy Daillet, Gilles Dumoulin, Lara Oyedepo – Scénographie : Marc Lainé – Lumières : Adrien Oheix – Crédit photo : Bastien Burger, Cédric Rouillat

Production : W Spectacle // Co-production : En co-production avec Les Percussions Claviers de Lyon, La Comédie de Valence, Centre Dramatique Drôme-Ardèche et le Théâtre de la Croix Rousse à Lyon // Lieu de création : Théâtre de la Croix Rousse