EVERYTHING IS TEMPORARY

EVERYTHING IS TEMPORARY

Danse & Musique live

 

EVERYTHING IS TEMPORARY

PAR LE COLLECTIF A/R – Paul Changarnier

Création Septembre 2021 au Théâtre d’Aurillac
dans le cadre de La Biennale de la danse de Lyon 2021
En partenariat avec le Conseil Départemental du Cantal

SAMEDI 25 SEPTEMBRE
20H30 – AU THÉÂTRE

Durée : 55 mn
Tout public – A partir de 12 ans
Tarifs B : 12€ / 9€ / 5€

 

Everything Is Temporary interroge notre rapport sensible au temps, par l’engagement des corps dans un intense cut-up physique et sonore.

Dans cette exploration de rythmes, tant corporel que musical, Paul Changarnier, l’un des membres du Collectif A/R qui signe cette nouvelle pièce, crée une danse dynamique qu’il apparente à la pulsation d’un concert. Conçue comme une traversée nocturne en solitaire ou à plusieurs, la chorégraphie se développe suivant une partition cinématographique faite de mouvements immobiles ou en accéléré, conférant à la pièce une temporalité particulière. Les rythmes corporels et musicaux cherchent à défier les codes de la danse contemporaine en puisant leur inspiration dans les origines du hip hop. La danse et la musique live, s’imbriquent au point de créer une énergie débordante et jubilatoire, à la croisée du spectacle et du concert.

 

Le Collectif A/R a été accueilli dans le cadre de la « Résidence territoriale imaginée par la Direction de l’action culturelle du Conseil départemental du Cantal, co-organisée avec le Théâtre d’Aurillac- scène conventionnée et La Manufacture – Vendetta Mathea – incubateur chorégraphique, avec le soutien de la DRAC Auvergne-Rhône Alpes. »

Conception et Mise en Mouvement : Paul Changarnier – Interprètes et Collaborateurs J : ulia Moncla, Thomas Demay, Joseph Baudet (aka Emcee Agora) et Paul Changarnier – Musique : Dog Food – Création Lumières : Magali Larché et Alix Veillon – Régie générale : Julien Poupon – Régie lumières : Alix Veillon en alternance avec Julien Poupon – Régie Son : Rémi Bourcereau – Scénographie : François Gauthier-Lafay – Costumes : Elisabeth Cerqueira – Regards Extérieurs : Madoka Kobayashi – Administration de production : Julie Duchènes – Production – Diffusion : Marie Doré – Crédit des photos : Georges Hauchard-Heutte.

Production Collectif A/R // Coproduction Théâtre d’Aurillac – scène conventionnée ; CCN de Rillieux-la-Pape Dir. Yuval Pick ; L’Esplanade du lac, Divonne-les-bains ; La Manufacture – Incubateur chorégraphique Vendetta Mathea, Aurillac; en cours // Soutien à la production CCN de Caen en Normandie – Dir. Alban Richard // Soutiens : DRAC Auvergne – Rhône-Alpes ; Ville de Lyon ; Région Auvergne – Rhône-Alpes // Accueils en résidence Théâtre d’Aurillac – scène conventionnée ; Théâtre de Vanves – scène conventionnée ; CCN de Rillieux-la-Pape – Dir. Yuval Pick ; CCN de Caen en Normandie – Dir. Alban Richard ; L ’Essieu du Batut, Murols ; L’Esplanade du lac, Divonnes-les-Bains ; Les Subs, Lyon ; Pôle en Scènes – Pôle Pik, Bron ; Le Rayon Vert – scène conventionnée, Saint Valéry en Caux ; Les Aires – Théâtre de Die et du Diois, scène conventionnée // Le Collectif A/R est soutenu par la DRAC Auvergne-Rhône-Alpes au titre de l’Aide à la structuration, par la Région Auvergne-Rhône-Alpes au titre de l’Aide aux équipes artistiques, par la Ville de Lyon au titre de l’Aide au fonctionnement.

LA CANTATE DU MARIAGE

LA CANTATE DU MARIAGE

Musique classique

 

LA CANTATE DU MARIAGE

PAR L’ORCHESTRE LES METAMORPHOSES

En partenariat avec La Communauté d’Agglomération du Bassin d’Aurillac
Avec le soutien artistique de Musica Formosa

DIMANCHE 3 OCTOBRE
17H – A NAUCELLES 
(Salle Culturelle)

Durée : 1H15
Tout public
Tarifs B : 12€ / 9€ / 5€

 

En janvier 2018, Opéra Nomade qui travaillait depuis plusieurs années avec des orchestres constitués a fait le pari un peu fou de créer son propre orchestre : l’Orchestre Les Métamorphoses, qui fonctionne sur le principe d’un pool d’une cinquantaine de musiciens. Choisis pour leurs capacités techniques et musicales individuelles, les musiciens abordent de manière historiquement informée sur instruments modernes, des oeuvres allant des baroques aux classiques, ainsi que les compositeurs du XXeme siècle.
Ce jeune et brillant orchestre peut ainsi, dans l’esprit des écrits de Nikolaus Harnoncourt, parcourir un vaste répertoire allant des Métamorphoses de Dittersdorf à celles de Richard Strauss ou de Walter Braunfels.
Dès ses débuts l’orchestre s’est immédiatement fait remarquer lors des représentations de la Flûte enchantée de Mozart. La presse a également souligné son engagement dans le programme Vienne Fin de Siècle avec des oeuvres vocales et symphoniques de Gustav Mahler, Franz Schreker et Alexander von Zemlinsky. Ce dernier programme a été repris au Festival de la Chaise-Dieu en août 2018 et a également été joué à plusieurs reprises à Strasbourg, au Théâtre des Sablons et à Poissy. Dès sa seconde année d’existence, l’orchestre reçoit le même accueil dans Madame Butterfly de Puccini, ainsi qu’en janvier 2020 lors des représentations de l’Italienne à Alger de Rossini, une coproduction d’Opéra Nomade et de Clermont Auvergne Opéra.

PROGRAMME
L’amour… Cette thématique particulièrement prisée par les compositeurs est relayée par les musiciens de l’Orchestre Les Métamorphoses. D’abord en interprétant la Cantate n°210 dite «du mariage» de Jean-Sébastien Bach pour soprano et orchestre de chambre, l’ensemble dévoilera une partition d’amour composée en l’honneur d’un mariage.
Ensuite Anaïs Frager contera l’histoire d’amour inspirée d’un poème d’Aristote mis en musique par Georg Friedrich Haendel, entre Ruggiero et Alcina l’enchanteresse qui transforme les hommes attirés sur son île en rochers, ruisseaux et autres bêtes sauvages.
Quelles autres surprises réservera l’amour ?

Distribution :
Soprano, Anaïs Frager
Direction, Amaury du Closel

JEAN-SÉBASTIEN BACH
« O holder Tag, erwünschte Zeit »
Cantate n°210 dite « du mariage »
BWV 210
___

ANTONIO VIVALDI

Concerto pour 2 Hautbois en ré mineur
RV 535
___

GEORG FRIEDRICH HAENDEL

Alcina – Ouverture :
HWV 34
Alcina – Airs :
« Ombre Pallide », « Ma quando tornerai », « Tornami a vagghegiar »
SUREXPOSITIONS (Patrick Dewaere)

SUREXPOSITIONS (Patrick Dewaere)

Théâtre


SUREXPOSITIONS (Patrick Dewaere)

PAR LA CIE LE SOUFFLEUR DE VERRE

Texte de Marion Aubert
Texte librement inspiré de l’œuvre et de la vie et de l’acteur Patrick Dewaere

 

JEUDI 7 OCTOBRE
& VENDREDI 8 OCTOBRE
20H30 – AU THÉÂTRE

Durée : 1H55
Tout public – A partir de 16 ans
Tarifs B : (12€/9€/5€)

 

Surexpositions (Patrick Dewaere), c’est une saga tragicomique d’un acteur sur le fil, des clins d’œil innocents et coupables à sa filmographie et à sa vie, depuis l’évocation de sa naissance par sa mère jusqu’à son suicide. Comme lors d’un travelling, la pièce passe sur des moments clés, salue certains cinéastes, donne brièvement corps aux grands noms de la famille du cinéma (qui l’a révélé ou écrasé) ; Puis zoome sur la liberté jouisseuse et « anar » des Valseuses de Blier, sur les représentations de la masculinité dans La meilleure façon de marcher de Miller, sur la noirceur marchande de la France du début des années 80 du film Série Noire de Corneau. Quels que soient les tableaux Dewaere est toujours là, sa présence oscille entre le sujet et l’objet, il est protéiforme et unique. Il porte le costume d’une certaine audace, d’une liberté de ton salvatrice.

La pièce raconte l’anticonformisme d’un homme, questionne les représentations de la masculinité et le rapport homme/femme en revisitant quelques scènes indémodables de ses plus grands films. Sous les regards portés par certaines actrices et partenaires de Patrick Dewaere, la pièce sonde son parcours artistique, ses choix audacieux, ses coups de gueule envers les journalistes, son esprit Café de la Gare… sa fureur de vivre à la française, son jeu à l’excès tantôt fantasque, inquiétant, tantôt vulnérable ou violent qui provoque l’adhésion puis l’antipathie.

 

Texte : Marion Aubert – Mise en scène : Julien Rocha – Dramaturgie : Julien Rocha & Emilie Beauvais – Conseil dramaturgique : Christian Giriat – Comédiens : Margaux Desailly, Fabrice Gaillard, Johanna Nizard et Cédric Veschambre – Scénographie : Clément Dubois – Construction du décor : Thomas Petrucci – Création musicale Benjamin Gibert -Régie Générale : Clément Breton – Création & régie lumières : Nicolas Galland – Création vidéo  et son : Etienne Arnaud – Costumes : Marie-Fred Fillion – Perruque : Cécile Kretschmar – Production : Marion Galon – Crédits © www.jerome-pellerin.com

Production : Compagnie Le Souffleur de Verre // Co-production Le Caméléon, scène labellisée – Pont-du-Château / / Château Rouge, scène conventionnée – Annemasse / Les Célestins, Théâtre de Lyon / Théâtre Municipal d’Aurillac, scène conventionnée – Aurillac / En cours de production // Avec le soutien de la ville de Clermont-Ferrand, La Chartreuse de Villeneuve lez Avignon – Centre national des écritures du spectacle / La Maison Jacques Copeau – Pernand-Vergelesses / Le Théâtre du Marché aux Grains, Atelier de Fabrique Artistique, Bouxwiller // Conventionnement La Compagnie Le Souffleur de Verre est conventionnée avec le Ministère de la Culture/Drac Auvergne-Rhône-Alpes et La Région Auvergne-Rhône-Alpes // Elle est soutenue pour ce projet par le Conseil départemental du Puy-de-Dôme.

 

LUO CHIN LE BOT & CAMILLE PRIVAT

LUO CHIN LE BOT & CAMILLE PRIVAT

Musique classique

 


LUO CHIN LE BOT  & CAMILLE PRIVAT

 

En partenariat avec l’association Nanga Boussoum

 

DIMANCHE 10 OCTOBRE
17H – AU THÉÂTRE


Durée : 1H30
Tout public
Tarif unique : 10€

 

Ce concert est proposé par l’association Nanga Boussoum en Carladès. Ce sera l’occasion de découvrir ou de retrouver Luo Chin Le Bot et Camille Privat qui proposeront un programme composé de nombreuses danses ou musiques populaires re-visitées par des compositeurs classiques comme Dvorak, Brahms, Piazzolla, Semionov…

Diplômée de l’université de musicologie de Tai Pei, Luo Chin Le Bot, médaille d’or (niveau supérieur) du CNR de Toulouse, diplômée de l’Ecole Normale de Musique de Paris dans la classe de Lucie Bascouret et de Pierre Petit Gérard, elle anime, depuis plus de 20 ans, le festival « Voyage d’hiver » dont elle est la directrice artistique. Dans ce cadre, elle a donné de nombreux concerts en solo en France et en Asie, mais aussi en compagnie de prestigieux artistes invités. Elle consacre également une grande partie de son temps à l’enseignement du piano auprès de ses élèves du Cantal.

Camille Privat, premier Espoir de la Ville de Paris (sous le parrainage de Marcel Azzola) à l’âge de treize ans, a obtenu des distinctions internationales dans les catégories « variétés » et « classique ». Professeure diplômée d’État, elle enseigne actuellement l’accordéon chromatique au Conservatoire de musique et d’art dramatique de Vitré Communauté, tout en poursuivant une activité artistique soutenue en France et à l’étranger.

AU-DELA DE CETTE LIMITE VOTRE TICKET N’EST PLUS VALABLE

AU-DELA DE CETTE LIMITE VOTRE TICKET N’EST PLUS VALABLE

Théâtre

 

AU-DELA DE CETTE LIMITE VOTRE
TICKET N’EST PLUS VALABLE

PAR LA CIE LE BRUIT DES COUVERTS

d’après le roman de Romain Gary

JEUDI 14 OCTOBRE
& VENDREDI 15 OCTOBRE
20H30 – AU THÉÂTRE


Durée : 1H30
Tout public – A partir de 16 ans
Tarif B : 12€ / 9€ / 5€

 

Jacques Rainier, puissant industriel de cinquante-neuf ans en difficulté, vit une folle passion avec Laura, jeune femme de trente ans plus jeune que lui. L’aveu intime d’un collaborateur sur la peur du déclin de la virilité, fera plonger Jacques dans une profonde angoisse et viendra troubler l’amour passionné qu’il éprouve pour Laura, son rapport intime au monde et sa tranquillité intérieure.

Cette question de la représentation virile, de l’identité masculine et de la performance provoque chez lui une agitation incontrôlable qui l’entraînera dans une course effrénée et maladroite à la poursuite du point d’équilibre, de la représentation qu’il s’en fait et de lui-même.
Ni lui, ni ses proches ne sortiront indemnes de sa prise de conscience qui vire au jeu de massacre.

Dans cette question du déclin résident d’autres thématiques : la légitimité amoureuse, la course acharnée d’un homme après lui-même, la recherche du sens profond de l’existence. Pour une dimension plus humaniste, philosophique et politique, Romain Gary mêle toutes ces problématiques à un contexte économique capitaliste qui nie tranquillement notre rapport au vieillissement, au déclin et prône la suprématie de l’autorité masculine, virile, patriarcale, et la quête effrénée du pouvoir.

 

Mise en scène Julien Geskoff – Adaptation et écriture Julien Geskoff et Cécile Bournay – Avec : Jean-Philippe Salerio – Créateur son : Orane Duclos – Créateur lumière : Pierre Langlois – Scénographie : Camille Allain Dulondel – Administration et production : Stéphane Triolet – Diffusion : Aurore Santoni – Crédit photo : Gaëlle Desgranges.

ANDRE Y DORINE

ANDRE Y DORINE

Théâtre de masques

 

ANDRE Y DORINE

PAR LA COMPAGNIE KULUNKA TEATRO

MARDI 19 OCTOBRE
20H30 – AU THÉÂTRE


Durée : 1H25
Tout public – A partir de 8 ans
Tarifs B : 12€ / 9€ / 5€

 

Dans un petit salon, le son frénétique des touches d’une machine à écrire se mêle régulièrement aux notes d’un violoncelle. André et Dorine forment un couple âgé qui, comme tant d’autres, est tombé dans un certain laisser-aller. Ils oublient ainsi peu à peu ce qui les unissait.
Un événement va dépoussiérer leur relation, les obligeant alors à se souvenir de qui ils étaient pour se retrouver dans le présent.
Se souvenir de comment ils aimaient pour continuer à aimer.
Un théâtre vivant, contemporain, engagé et ancré dans la réalité qui nous rejoint après une tournée de plus de 500 représentations dans une trentaine de différents pays.

 

LA PRESSE EN PARLE
“André y Dorine est une montagne russe de rires et de pleurs. Rien a été laissé au hasard, tout était prémédité” – Magazine El Cultural

“André et Dorine arrivent à laisser le public sans paroles” – La Tribuna de Puertollano

« André y Dorine pourrait parfaitement devenir un spectacle culte. N’oubliez pas vos mouchoirs !! » – Antonio Castro – madriddiario.es

« Kulunka Teatro secoue le public d’un extrême à l’autre des émotions : du fou rire au noeud dans la gorge. Je n’ai jamais reçu une secousse pareille dans un théâtre » – El Pais

 

André y Dorine de Garbiñe Insausti, José Dault, Iñaki Rikarte, Rolando San Martín, Edu Cárcamo 
Mise en scène : Iñaki Rikarte – Avec : Edu Cárcamo, Garbiñe Insausti, José Dault -Compositeur : Yayo Cáceres – Chef décoratrice : Laura Eliseva Gómez – Chef électricien : Carlos Samaniego “Sama”- Costumes : Ikerne Gimenez – Masques : Garbiñe Insausti – Directeurs de la photographie : Gonzalo Jerez y Manuel D. – Caméra : Aitor de Kintana – Assistant de direction : Rolando San Martín

Crédit : Gonzalez Jerez El Selenita