Retour en 1950 / PHOTOGRAPHIES

Retour en 1950 / PHOTOGRAPHIES

théâtre
danse
musique
cirque
marionnette

« Retour en 1950 »

Exposition de photographies de Dorian Loubière

du 20 septembre au 22 octobre 2022

Vernissage le samedi 17 septembre à 19h

 

L’ARTISTE

Dorian Loubière

Né à Aurillac en 1996, Dorian Loubière s’intéresse à la photographie dès son enfance.
Il la voit comme un moyen d’archiver les instants de sa vie de peur de les oublier un jour. Mais c’est à partir du lycée qu’il la redécouvre comme un moyen, non pas d’archiver, mais comme possibilité artistique. Il propose alors un projet de superposition d’images d’archives et de leur emplacement actuel au musée du Veinazès. Et c’est à la suite de cette exposition qu’il pris la décision d’en faire son métier, il intègre alors l’ETPA de Toulouse, où il y a appris l’art et la maîtrise de ce métier et obtient en 2018, une licence dans ce domaine. Par la suite il revient s’installer dans le Cantal, sa terre natale où il travaillera pendant pratique- ment deux ans pour le journal local La Montagne avant de s’installer comme photographe indépendant. En 2019, il organise au réfectoire des Moines de Montsalvy, une exposition collective où il invite des membres de sa promotion à exposer leurs oeuvres.
À ce jour il travaille entre la région parisienne et le cantal pour différents événements culturels tout en réalisant des projets personnels, et notamment des mises en scène photographiques.

 

L’EXPOSITION

Retour en 1950

 » A chacun ses nostalgies…
revenir sur les pas de sa propre vie…
ou mieux sur des époques que l’on n’a pas connues, sinon par ouï dire ou à travers des images en noir et blanc.
Pour moi ce sont les années 50 qui m’attirent, ce moment de l’immédiate après guerre, de la France qui se reconstruit, le début des 30 glorieuses et ce parfum de réalisme poétique…
Natif du Cantal, d’un de ces petits villages de la France profonde qui finalement n’ont pas beaucoup changé, j’ai cherché à reconstituer des scènes de la vie quotidienne de cette époque avec le soucis constant d’éviter, tel un cinéaste de fiction, toute forme d’anachronisme afin de retrouver la réalité matérielle de l’époque et mieux restituer l’esprit du temps « .  Dorian Loubière