théâtre
danse
musique
cirque
marionnette

Poésie

Le printemps des poètes

Les Moments Poétiques 
En partenariat avec la Poste des Poètes

 

Et si la poésie pouvait changer le regard que nous portons sur le monde ?
Cette assertion certes ambitieuse prendra pourtant toute sa valeur pendant la 25e édition du Printemps des Poètes dont le thème cette année est « Frontières ».
Le temps d’une soirée de restitution en compagnie des poètes Marilyne Bertoncin et Jean-Gabriel Cosculluela nous vous proposerons de regarder le monde différemment et surtout ensemble, au-delà des frontières, celles que l’on ne cesse de franchir, du petit jour à la minuit, de l’enfance au lendemain, du visible au caché, de la mort à la vie, du réel à la poésie.
C’est cet au-delà des frontières qu’il est temps de questionner, ce monde qui rassemble, étonne, dépayse, plus qu’il ne sépare. Ces limites qu’il nous faut constamment repousser .

Jeudi 9 mars – 20h30

Au Théâtre

 

Durée : 1H30
Tout public
Entrée libre

 

 

Marilyne BERTONCINI
Enseignante, poète et traductrice (français, italien), codirectrice de la revue numérique Recours au Poème, membre du comité de rédaction de la revue Phoenix, collaboratrice des revues Poésie/Première et la revue italienne Le Ortiche, où elle tient une rubrique, “Musarder“, consacrée aux femmes invisibilisées de la littérature, elle, anime à Nice des rencontres littéraires mensuelles consacrées à la poésie, Les Jeudis des mots dont elle tient le site jeudidesmots.com.
Titulaire d’un doctorat sur l’oeuvre de Jean Giono, autrice d’une thèse, La Ruse d’Isis, de la Femme dans l’oeuvre de Jean Giono, a été membre du comité de rédaction de la revue littéraire RSH « Revue des Sciences Humaines », Université de Lille III, et publié de nombreux essais et articles dans diverses revues universitaires et littéraires françaises et internationales : American Book Review, (New-York), Littératures (Université de Toulouse), Bulletin Jean Giono, Recherches, Cahiers Pédagogiques… mais aussi Europe, Arpa, La Cause Littéraire…

Jean Gabriel Cosculluela
Originaire du Haut-Aragon (Pyrénées espagnoles). Vit en Ardèche. Conservateur en chef des bibliothèques. Écrivain, traducteur. Co-dirige la collection » Espaces de peu » (Atelier des Grames). Fait partie du comité de rédaction de la revue « faire part ». Une trentaine de livres dont récemment : Tset, tsvet (éd. Centrifuges, 2016) avec des peintures de Claude Viallat, Nuidité du papier (éd. de Rivières, 2018) avec un texte de Michel Butor et des peintures d’Anne Slacik, Tarrampeu inFrau(x) (éd. du Frau, 2018) avec des photographies d’Odile Fix, S’amuïr (Passe du Vent, 2019) gravures Gisèle Celan-Lestrange, La Peinture continue (Fabelio / Archipel Butor , 2020) peintures Anne Slacik, Retournons voir l’invisible suivi de A l’oeil nu, accueillons les formes d’avant le jour (Voix, 2021) peintures Serge Fauchier, Le Livre se livre nu (Voix, 2021) encres Richard Meier …
Nombreuses publications en revues récemment « L’Etrangère » n° 55, fin 2021) et sur des sites Internet. Travail de livres d’artistes avec des artistes contemporains.

Share This