CECILE

CECILE

Théâtre

 

CÉCILE de Marion Duval

PAR CÉCILE LAPORTE

En partenariat avec l’association Eclat

JEUDI 24 & VENDREDI 25 SEPTEMBRE
20H30 – AU THÉÂTRE

Durée : 3H
Tout public: A partir de 14 ans
Tarifs B : (12€/9€/5€)

Cécile est un personnage extraordinaire, tellement extraordinaire quʹon pourrait la prendre pour une fiction. Pourtant, elle est là, sur scène, invitée à raconter sa vie par la metteuse en scène Marion Duval. Cécile a tout vu, tout fait ou presque, du militantisme porno à clown à l’hôpital, du transport de personnes handicapées à un voyage humanitaire en Mongolie…

Sur scène, Cécile parle sans filtre de ses aventures, de ses souvenirs, de ses espoirs, de ses doutes. Son authenticité, son autodérision et ses emportements dévoilent la grande sincérité avec laquelle elle se prête à l’exercice. Au fur et à mesure, l’insatiable appétit de vivre et de dépasser les limites qui caractérise son rapport à la vie exerce un pouvoir de sidération. Les multiples aventures qu’elle nous raconte avec précision attestent qu’il ne s’agit pas là d’une posture d’orateur, mais du moteur d’une vie… Ce genre de moteur que certains appellent la foi, qui permet, par exemple, de continuer à vouloir changer le monde, et dont on voudrait bien, de temps en temps, obtenir la recette. Trois heures de concentré d’une vie qui en contient mille, où réalité et fiction ne font qu’un. Une mise à nu qui nous illumine.

LA PRESSE EN PARLE

« Cécile Laporte est dingue. Dingue de curiosité pour les autres, d’engagements décoiffants, de liberté d’agir et de penser. Toute sa vie, elle raconte sur le plateau […] est une suite d’épisodes sidérants, témoignant d’une furieuse nécessité d’amener de l’humain dans chaque rouage de la société. Un personnage extrême, et extrêmement attachant, drôle qui plus est. » Le Temps

 

Conception : Marion Duval et Luca Depietri (KkuK) – Mise en scène : Marion Duval – Performance : Cécile Laporte – Dramaturgie : Adina Secretan – Costumes et marionnettes : Severine Besson – Son et musique : Olivier Gabus – Scénographie et lumières : Florian Leduc – Vidéo, régie générale et régie plateau : Diane Blondeau – Assistanat, chant et régie plateau : Louis Bonard – Collaboration à la scénographie : Djonam Saltani, Iommy Sanchez – Animation 3D : Iommy Sanchez, Lauren Sanchez Calero – Images : Felix Bouttier – Diffusion : Anthony Revillard – Administration : Laure Chapel – Pâquis Production – Crédit photo : Mathilda Olmi

Production : Chris Cadillac // Coproduction: Arsenic – Centre d’art scénique contemporain, Théâtre Saint-Gervais // Soutiens : Pro Helvetia – Fondation suisse pour la culture, Loterie romande, Pour-cent culturel Migros, Fondation Nestlé pour l’Art, Fondation Ernst Göhner, Fondation Engelberts // Aide à la recherche : Manufacture – HES-SO .

EH BIEN, DANSEZ MAINTENANT

EH BIEN, DANSEZ MAINTENANT

Théâtre I Marionnette

 

EH BIEN, DANSEZ MAINTENANT

PAR LE THEATER MESCHUGGE – Ilka Schonbein

Spectacle de la saison 2019/2020 
Les personnes détentrices d’un billet n’ont pas besoin de l’échanger. En cas d’empêchement, veuillez vous adresser à la billetterie à compter du 12/09/2020 pour échanger vos billets avec un autre spectacle.

MERCREDI 30 SEPTEMBRE
20H30 – AU THÉÂTRE

Durée : 1H15
Tout public / + de 14 ans
Tarifs B : (12€/9€/5€)

« Eh bien, dansez maintenant » dit la fourmi à la cigale, qui dans sa détresse la supplie de lui donner une miette de pain. Et alors, la petite cigale danse. Peut-être qu’avec sa danse elle pourra adoucir le cœur de la fourmi.
Elle danse sur une jambe, elle danse sur les mains, elle danse sur la tête.
Elle danse pour sa vie, elle danse avec la mort.
Elle danse la danse de toute créature.
La danse de l’existence.
Chacun, chacune la danse à sa manière, de la meilleure manière imaginable.
Avec toute la beauté et la créativité qu’il ou elle possède.
Pour plaire à celui, celle ou ceux dont notre être (ou non-être) au monde dépend.
Pour qu’on nous laisse vivre.
Nous – créatures, nous – qui avons été créés.
En tout cas, un petit moment – ou une éternité, une petite éternité.

LA PRESSE EN PARLE

« Voyante ou visionnaire, sorte de pythie malicieuse ou de chamane capable de dialoguer avec les esprits, Ilka Schönbein imagine des spectacles dont la beauté formelle et la perfection des images créées compose un univers mystérieux où chacun projette et retrouve souvenirs , angoisses, rêves et fantôme. » Catherine Robert – La Terrasse
« Alors ? Alors, encore une œuvre marquante, qui saisit autant par les yeux que par les tripes, et qui réduit une salle comble au silence le plus complet pendant plus d’une heure, avec une apparence de facilité qui doit un peu au génie, et beaucoup à un travail minutieux et acharné. A voir, sans aucune hésitation, à la première occasion ». Toutelaculture.com

Avec Ilka Schönbein / Musique : Alexandra Lupidi, Suska Kanzler -Création musicale : Alexandra Lupidi – Création des marionettes : Ilka Schönbein – Assistante à la mises en scène : Anja Schimanski, Britta Arste – Création et régie lumière : Anja Schimanski – Décors : Suska Kanzler – Création : Festival Mondial des Théâtres de Marionnettes de Charleville-Mézières en septembre 2017 – @ Marinette Delanné

Production : Theater Meschugge // Production déléguée : Le Ksamka // Coproduction et résidence : FMTM – Festival Mondial des Théâtre de Marionnettes de Charleville-Mézières, La Scène Nationale de Sète et du Bassin de Thau, l’Agora de Billere // Avec le soutien de la DRAC Ile de France.

LES NAUFRAGES

LES NAUFRAGES

Théâtre

 

LES NAUFRAGES

PAR LA CIE BLOC OPÉRATOIRE – Emmanuel Meirieu

D’après le roman de Patrick Declerck


En partenariat avec l’association Eclat

 

08/10/20 & 09/10/20
20H30 – AU PARAPLUIE

(Aux Quatre Chemins – Naucelles)

Durée : 1H30
Tout public
Tarifs B : (12€/9€/5€)

 

Patrick Declerck a suivi les clochards de Paris pendant quinze ans. Étudiant, il décide de se faire embarquer avec les clochards jusqu’au centre d’hébergement d’urgence de Nanterre. Incognito, en immersion complète, il partage leurs nuits…

En 1986, il ouvre la première consultation d’écoute destinée aux SDF. Il pratique la psychanalyse au Centre de Soins Hospitaliers de Nanterre, comme un infirmier de guerre répare les corps sur le front. Un patient l’obsède encore : Raymond qui était devenu son ami. Raymond qui s’est laissé mourir devant le centre d’accueil, une nuit d’hiver et dont le corps a disparu. Après sa mort, Patrick va mener l’enquête, essayer de comprendre, et chercher sa dépouille.

 

LA PRESSE EN PARLE
« Les naufragés giflent le public. Avant de lui mettre des larmes plein le cœur ». Télérama
« Emmanuel Meirieu ne sait pas créer un spectacle sans être totalement habité par son sujet. Un mausolée théâtral pour les sans-abri » . Le Monde
« Comme un poème noir sans merci, dicté par l’épouvante d’une réalité soigneusement cachée ». L’Humanité
« Un spectacle d’une intensité visuelle et émotionnelle exceptionnelle. D’une maîtrise absolue ». France Culture

 

D’après le roman Les Naufragés, avec les clochards de Paris de Patrick Declerck – Mise en scène : Emmanuel Meirieu – Adaptation : François Cottrelle et Emmanuel Meirieu – Musique : Raphaël Chambouvet – Costumes : Moïra Douguet – Maquillage : Roxane Bruneton – Lumière, décor, vidéo : Seymour Laval et Emmanuel Meirieu – Son : Raphaël Guenot – Avec : François Cottrelle et Stéphane Balmino  – Crédit photo : Pascal Chantier 

Production Bloc Opératoire ; Théâtre Comédie Odéon // Coproduction Les Nuits de Fourvière La compagnie Bloc Opératoire est conventionnée par la Drac Auvergne-Rhône-Alpes et la Région Auvergne-Rhône-Alpes, et soutenue par la Ville de Lyon // Production déléguée en tournée CICT – Théâtre des Bouffes du Nord & Bloc Opératoire.

 

VIE ET MORT DE MERE HOLLUNDER

VIE ET MORT DE MERE HOLLUNDER

Théâtre


VIE ET MORT DE MÈRE HOLLUNDER

DE ET AVEC JACQUES HADJAJE

 

JEUDI 15 OCTOBRE
20H30 – AU THEATRE

Durée : 1H
Tout public
Tarifs B : (12€/9€/5€)

 

« J’AI APPRIS À MORDRE AVANT D’EMBRASSER FALLAIT QUE JE SOIS PLUS FORTE QUE LES GARÇONS PLUS FORTE QUE TOUT LE MONDE PLUS FORTE QUE LA MISÈRE ».

Mère Hollunder est vieille comme le monde.
Elle est la mémoire du monde.
Elle se souvient de tout mais pas forcément dans le bon ordre. Aucune importance, la vie n’est pas un livre de comptes. Seule compte la vérité des sentiments. Et Mère Hollunder bouillonne de sentiments. Souvent, même, le couvercle de la marmite saute. Mère Hollunder explose. De joie. De colère.
Ce qui est sûr, c’est qu’elle ne se laissera pas faire. Les fantômes qui viennent la visiter ne lui font pas peur. Ils ne réussiront pas à l’entraîner vers le côté obscur de la vie. Elle connaît une parade lumineuse : résister. Son mot préféré est « non ». Un « non » joyeux, malin, déraisonnable. « Non » à la bêtise, à l’injustice, à la fatalité. Elle est une empêcheuse de se lamenter en rond.
Mère Hollunder est un très vieux clown. Son rôle est de dire la vérité, comme seuls les clowns savent la dire.

LA PRESSE EN PARLE


 » Les baffes salutaires de la Mère Hollunder « .  L’humanité – Gérald Rossi
 » Une leçon de résistance enjouée « .  Le Canard enchaîné – Jean-Luc Porquet 

Mise en scène et lumières : Jean Bellorini – Costume : Laurianne Scimemi, réalisé pour le spectacle Liliom de Ferenc Molnár – Création sonore : Sébastien Trouvé – Crédit photo : Pascal Victor

Production Théâtre Gérard Philippe, centre dramatique national de Saint-Denis.

 

SUREXPOSITIONS (Patrick Dewaere)

SUREXPOSITIONS (Patrick Dewaere)

Théâtre


SUREXPOSITIONS (Patrick Dewaere)

PAR LA CIE LE SOUFFLEUR DE VERRE

Texte de Marion Aubert

 MARDI 3 NOVEMBRE
20H30 – AU THÉÂTRE

Durée : 1H55
Tout public – A partir de 16 ans
Tarifs B : (12€/9€/5€)

 

Surexpositions (Patrick Dewaere), c’est une saga tragicomique d’un acteur sur le fil, des clins d’œil innocents et coupables à sa filmographie et à sa vie, depuis l’évocation de sa naissance par sa mère jusqu’à son suicide. Comme lors d’un travelling, la pièce passe sur des moments clés, salue certains cinéastes, donne brièvement corps aux grands noms de la famille du cinéma (qui l’a révélé ou écrasé) ; Puis zoome sur la liberté jouisseuse et « anar » des Valseuses de Blier, sur les représentations de la masculinité dans La meilleure façon de marcher de Miller, sur la noirceur marchande de la France du début des années 80 du film Série Noire de Corneau. Quels que soient les tableaux Dewaere est toujours là, sa présence oscille entre le sujet et l’objet, il est protéiforme et unique. Il porte le costume d’une certaine audace, d’une liberté de ton salvatrice.

La pièce raconte l’anticonformisme d’un homme, questionne les représentations de la masculinité et le rapport homme/femme en revisitant quelques scènes indémodables de ses plus grands films. Sous les regards portés par certaines actrices et partenaires de Patrick Dewaere, la pièce sonde son parcours artistique, ses choix audacieux, ses coups de gueule envers les journalistes, son esprit Café de la Gare… sa fureur de vivre à la française, son jeu à l’excès tantôt fantasque, inquiétant, tantôt vulnérable ou violent qui provoque l’adhésion puis l’antipathie.

 

Texte : Marion Aubert – Mise en scène : Julien Rocha – Dramaturgie : Julien Rocha & Emilie Beauvais – Conseil dramaturgique : Christian Giriat – Comédiens : Margaux Desailly, Fabrice Gaillard, Johanna Nizard et Cédric Veschambre – Scénographie : Clément Dubois – Construction du décor : Thomas Petrucci – Création musicale Benjamin Gibert -Régie Générale : Clément Breton – Création & régie lumières : Nicolas Galland – Création vidéo  et son : Etienne Arnaud – Costumes : Marie-Fred Fillion – Perruque : Cécile Kretschmar – Production : Marion Galon – Crédits © www.jerome-pellerin.com

Production : Compagnie Le Souffleur de Verre // Co-production Le Caméléon, scène labellisée – Pont-du-Château / / Château Rouge, scène conventionnée – Annemasse / Les Célestins, Théâtre de Lyon / Théâtre Municipal d’Aurillac, scène conventionnée – Aurillac / En cours de production // Avec le soutien de la ville de Clermont-Ferrand, La Chartreuse de Villeneuve lez Avignon – Centre national des écritures du spectacle / La Maison Jacques Copeau – Pernand-Vergelesses / Le Théâtre du Marché aux Grains, Atelier de Fabrique Artistique, Bouxwiller // Conventionnement La Compagnie Le Souffleur de Verre est conventionnée avec le Ministère de la Culture/Drac Auvergne-Rhône-Alpes et La Région Auvergne-Rhône-Alpes // Elle est soutenue pour ce projet par le Conseil départemental du Puy-de-Dôme.

 

EST-CE QUE BERNARD ARNAULT…

EST-CE QUE BERNARD ARNAULT…

Théâtre-Humour


EST-CE QUE BERNARD ARNAULT VA BIEN ?

PAR LA COMPAGNIE QUART DE SECONDE

En partenariat avec l’association Rouge Cerise

 

SAMEDI 7    NOVEMBRE
      20H30    AU THEATRE

Durée : 1H10
Tout public – A partir de 14 ans
Tarif B : (12€/9€/5€)

 

Dans un contexte d’incertitudes économiques et sociales, il est de bon ton de s’inquiéter de la santé morale de la première fortune de France. La Cie du Quart de seconde se demande donc, si Bernard Arnault va bien ?
En jouant avec les codes du théâtre et de la conférence gesticulée, la compagnie alterne entre le comique et le tragique pour mieux parler de notre société. Les comédiens jouent cartes sur table mais surtout ils jouent ! Ce spectacle n’est ni une conférence sur le militantisme, ni un traité du bon militant, mais une porte ouverte sur leurs réflexions et leurs contradictions d’après une mise en évidence des injonctions de la société. L’objectif est que le spectateur puisse s’identifier aux réflexions et qu’il puisse s’interroger, rire et douter de son propre rapport au militantisme, en se sentant libre de tous jugements extérieurs.

 

Idée originale : Jules Jobard et Romain Ozanon. – Directrice d’acteurs : Emmanuelle Mehring – Comédiens : Rémi Bullier, Jules JOBARD.

crédit photo : Clau7