GUSTAVE FLAUBERT

GUSTAVE FLAUBERT

 

A l’occasion du futur bicentenaire de la naissance de Gustave Flaubert, l’équipe du Théâtre a souhaité mené des projets en lien avec cet auteur emblématique. Nous vous proposons donc de découvrir les enregistrements audios réalisés autour de deux de ses livres, des rencontres littéraires insolites !

Biographie

Gustave Flaubert est né à Rouen le 12 décembre 1821, dans une famille de la petite bourgeoisie. Son père est chirurgien-chef de l’Hôtel-Dieu de Rouen, tandis que sa mère est fille de médecin. Son enfance est un peu morne, et il se réfugie rapidement dans la littérature. Après son baccalauréat, il décide d’entamer des études de droit, qu’il abandonne rapidement à cause d’une maladie nerveuse. Flaubert s’installe à Croisset, où il cultive une liaison avec la poétesse Louise Collet.
Devenu rentier, il se lance dans l’écriture.
En 1857, avec Madame Bovary, il révolutionnera l’écriture romanesque par son style réaliste. En 1862, il rencontre également le succès, grâce à Salammbô, succès qui n’est en revanche pas au rendez-vous pour L’Education sentimentale, en 1869. Epuisé par sa maladie, désargenté, l’écrivain meurt à Croisset d’une hémorragie cérébrale le 8 mai 1880, alors qu’il vient de mettre le point final à Bouvard et Pécuchet, grande œuvre satirique qu’il avait commencé à écrire en juin 1874.

PODCASTS

PODCASTS

 

Animé par la volonté de créer des rencontres entre les publics, les artistes et les œuvres, et de développer des pratiques artistiques et culturelles, le Théâtre d’Aurillac s’engage dans des projets d’action culturelle AUPRES des écoles, collèges, lycées, structures médico-sociales, centres sociaux, associations, etc…

Ces actions s’articulent autour de la création de capsules audios dans lesquelles vous retrouverez à la fois les voix des participants, des créations sonores inédites et les musiques interprétées, et parfois créées, par des musiciens confirmés du Cantal.

Les capsules portent sur des thèmes divers, une série est centrée autour de Gustave Flaubert, ses œuvres mais également ses correspondances. Alors que d’autres podcasts cherchent à vous faire voyager en vous proposant des « cartes postales sonores » autour de sujets forts comme l’amour, le voyage, la nature et le paysage.

Bonne écoute !

 

 

ATELIER DE CREATION SONORE

CARTES POSTALES SONORES

Je me souviens de

Je me souviens de
         En travaux
                       Iliade et le début à la lumière du jour
                              Odyssée et ses sirènes dans la pénombre
                                          Ces filles-là
                                                    Don Juan et ses structures métalliques
                                                       Groënland et ses structures géométriques
                                   F(l)ammes
     Hôtel Paradiso
                   B. Traven et la jubilation palpable du public, partagée avec mes élèves voisines
                                 Dandin
         La chambre noire et son noir et blanc
            Woyzeck et son dégradé de couleurs terreuses

                                                             

                                                                   Je me souviens des voix rauques
                                                                                   Rapeuses
                                                                                   Profondes

                                                                             Ou au contraire
                                                                                     Aiguës
                                                                                   Ambiguës
                                                                                 Androgynes

                           De la voix frêle mais entêtée qui chante « Debout debout » à la fin du spectacle et la
                                                                    gorge qui se serre d’émotion

                                                                   Je me souviens des couleurs
                                                                            Des éclats dorés
                                                                                       Vert
                                                                                     Violets
                                                                                  Contrastés
                                                                                 Lumineuses

 

Je me souviens de la femme-cerf, si belle en sa blancheur
De Clytemnestre, si belle en sa maigreur
De la femme nue dans le halo de lumière verte, la violence de la scène

La vague d’émotion à la fin du dernier monologue d’« En travaux », l’homme alors si perdu,
et les larmes qui coulent juste quand les lumières se rallument !

Je me souviens des visages des élèves éclairés par la lumière de la scène, les yeux avides et
fascinés.

Je me souviens des chuchotements voisins, crispants, de la cigarette roulée pendant le
spectacle et envoyée sous les sièges par mon geste rageur.

Je me souviens des places vides sur les rangs devant nous, la tentation simultanée de
s’avancer vers la scène et la petite phrase : « On est grandes, on peut enjamber les fauteuils »,
avant qu’un mouvement parfaitement synchronisé nous emmène deux rangs plus bas, plus près
de la scène, un petit peu…

Je me souviens de la vieille dame que sa fille et sa petite-fille avaient emmenée au théâtre
sans qu’elle en ait envie, et qui se vengeait en faisant le spectacle dans le public : râler souvent,
souffler beaucoup, parler à voix presque haute parfois, s’endormir et se réveiller dans un cri.

Je me souviens de la rencontre avec la compagnie de l’Odyssée, le lendemain du spectacle, à
une heure si matinale pour les comédiens, et de l’échange tellement joyeux et intense, ce
bonheur partagé.

 

                                                                                                Andromaque et Denis Lavant
                                                                                   Les Bonnes et ses actrices perchées sur leurs planches de bois
                                                                    Othello, mais c’était hors les murs
                                                                            Manhattan Medea
                                                    L’Augmentation
                                                                     Le chien qui mord les amis de son maître, euh…non… Dialogue d’un chien
                                  avec son maître sur la nécessité de mordre ses amis
                                                   Hikikomori
                                      Phèdre si près, si près, tout près de moi

J’ai oublié presque tous les titres, mais il me reste une multitude d’images et de sensations,
de taches de couleurs, d’éblouissements, de contrastes, de sons, de musique que l’on voudrait
prolonger, dans le noir parfois, en intermède.
Un kaléidoscope…

Anne

Visite Virtuelle du théâtre d’Aurillac

VISITE VIRTUELLE DU THÉÂTRE MUNICIPAL D’AURILLAC

 

Découvrir tous les recoins du théâtre, visiter les loges et explorer l’envers du décors !

L’équipe du Théâtre Municipal d’Aurillac vous invite à une visite virtuelle, une expérience inédite. Grâce à cette technologie vous pouvez vous déplacer de salle en salle et avoir une vue à 360° de tous les espaces du Théâtre.
Cette visite est ponctuée d’explications concernant le bâtiment, l’histoire du Théâtre et ses métiers.

 

Vous trouverez ci-dessous quelques indications sur l’utilisation du logiciel, nous vous souhaitons une excellente visite !

 

Cette visite a été rendue possible par : Photos : Ludovic Laporte & Eric Ménard – Musique : Patrick Roumaniol, Géraud Cassagne et Fabien Bednarczyk –  Réalisation : Stéphanie Bioulac, Claire Capel, Lola Solignac, Justin Lasnier et toute l’équipe du Théâtre.

VR- Brûler les planches /

VR- Brûler les planches /

Maquette de l'ancien Théâtre, avant l'incendie de 1999 et la restructuration de la salle

Bruler les planches

L’histoire du Théâtre d’Aurillac est inextricablement liée à celle du feu. En effet, cet élément a ponctué la vie du lieu, et à plusieurs reprises les flammes ont envahi les planches et fait fondre les espoirs des artistes comme des spectateurs.

Plus de détails sur cette histoire enflammée :

Le samedi 22 janvier 1881, à neuf heure du soir, un incendie se déclare dans un petit magasin du peintre-épicier Viallefont, situé à l’angle que forme la rue Marcenague et la rue du Collège à droite, à 10 heures du matin le feu n’est toujours pas éteint, mais ce désastre va conduire quelques années plus tard à la rénovation du théâtre, qui gardera ses apparats et son beau lustre en cristal.

Dans la soirée du 3 décembre 1999 un incendie couve dans l’immeuble Bideau, rue de la Coste, puis embrase tout le bâtiment. Dans la nuit, le feu s’intensifie et attaque le Théâtre. Il faudra trois heures et une soixantaine de pompiers pour maîtriser la sinistre flambée. Le feu détruit une grande partie des immeubles de l’enclos Bideau et ravage la toiture du théâtre. L’eau des lances à incendie détrempe plâtre, fauteuils et moquette et si aucun blessé n’est à déplorer, les dégâts matériels sont conséquents. Au milieu de l’épais nuage de fumé et malgré la chaleur étouffante, pompiers et techniciens du Théâtre déploient des efforts surhumains pour décrocher le lustre de la Chapelle Saint-Géraud et le sauver, pour la deuxième fois de son existence, de la menace des flammes.

Pendant des jours, la population d’Aurillac, empreinte de stupeur et de tristesse, défile pour voire l’ampleur du désastre ; comme l’écrit La Montagne, « le centre historique panse ses plaies ».

Maquette de l'ancien Théâtre, avant l'incendie de 1999 et la restructuration de la salle

VR-Une brève histoire du Théâtre d’Aurillac / Billetterie

Une brève histoire du Théâtre d’Aurillac

 

La création d’un lieu de spectacle à Aurillac date de 1797, lorsqu’un local ruiné se transforme en salle de représentation avec ses beaux drapés et le lustre en cristal de la chapelle Saint-Géraud. Ce n’est qu’en 1809 que le théâtre de la ville s’installe dans les murs qui sont encore les siens aujourd’hui. Construit en 1625 , le bâtiment avait auparavant accueilli l’ordre de Notre Dame du Puy puis des bureaux de vote après la Révolution française. La salle de spectacle connait par la suite de multiples déboires : tombe en vétusté et est restaurée à maintes reprises.

Suite à un incendie au début des années 1880, le Théâtre est rénové sous l’apparence d’une vraie « bonbonnière » et on y célèbre tous les plaisirs ; opérettes, drames, vaudevilles ; tout est joué, tout est apprécié. Les spectacles se succèdent et en 1904, les artistes de l’Odéon jouent « le Cid ». Avec la guerre, ce sont les galas de soutien et les pièces engagées comme « les Oberlé », histoire d’une famille alsacienne qui sont données.

Les années 20 sont brillantes et on songe même à construire un théâtre tout neuf… au square ! Pourtant, bien vite, les pratiques culturelles changent et le public délaisse le théâtre au profit de loisirs nouveaux comme le cinéma. La salle tombe de nouveau en désuétude. Puis, avec les années 60, c’est le triomphe du Music Hall, au cinéma le Palace, mais aussi au Rex et au Normandy de grands artistes comme Charles Trenet, Edith Piaf et Claude François, font briller de mille feux les nuits d’Aurillac.

Les années 80 marquent l’avènement d’un théâtre engagé, en témoigne les personnalités accueillies : Léo Ferré, Serge Reggiani, Pierre Desproges. En 1990, le théâtre devient « scène nationale », ce qui fait d’Aurillac un lieu de création vivant et bouillonnant de projets. Mais le vrai succès populaire des années 90, c’est le théâtre de rue, avec lui, le théâtre mu et se renouvèle ; concerts, ballets, arts du cirque, etc. viennent enrichir le panel des spectacles proposés.

Maquette de l'ancien Théâtre, avant l'incendie de 1999 et la restructuration de la salle

Maquette de l’ancien Théâtre, avant l’incendie de 1999 et la restructuration de la salle