Visite Virtuelle du théâtre d’Aurillac

VISITE VIRTUELLE DU THÉÂTRE MUNICIPAL D’AURILLAC

 

Découvrir tous les recoins du théâtre, visiter les loges et explorer l’envers du décors !

L’équipe du Théâtre Municipal d’Aurillac vous invite à une visite virtuelle, une expérience inédite. Grâce à cette technologie vous pouvez vous déplacer de salle en salle et avoir une vue à 360° de tous les espaces du Théâtre.
Cette visite est ponctuée d’explications concernant le bâtiment, l’histoire du Théâtre et ses métiers.

 

Vous trouverez ci-dessous quelques indications sur l’utilisation du logiciel, nous vous souhaitons une excellente visite !

 

Cette visite a été rendue possible par : Photos : Ludovic Laporte & Eric Ménard – Musique : Patrick Roumaniol, Géraud Cassagne et Fabien Bednarczyk –  Réalisation : Stéphanie Bioulac, Claire Capel, Lola Solignac, Justin Lasnier et toute l’équipe du Théâtre.

VR- Brûler les planches /

VR- Brûler les planches /

Maquette de l'ancien Théâtre, avant l'incendie de 1999 et la restructuration de la salle

Bruler les planches

L’histoire du Théâtre d’Aurillac est inextricablement liée à celle du feu. En effet, cet élément a ponctué la vie du lieu, et à plusieurs reprises les flammes ont envahi les planches et fait fondre les espoirs des artistes comme des spectateurs.

Plus de détails sur cette histoire enflammée :

Le samedi 22 janvier 1881, à neuf heure du soir, un incendie se déclare dans un petit magasin du peintre-épicier Viallefont, situé à l’angle que forme la rue Marcenague et la rue du Collège à droite, à 10 heures du matin le feu n’est toujours pas éteint, mais ce désastre va conduire quelques années plus tard à la rénovation du théâtre, qui gardera ses apparats et son beau lustre en cristal.

Dans la soirée du 3 décembre 1999 un incendie couve dans l’immeuble Bideau, rue de la Coste, puis embrase tout le bâtiment. Dans la nuit, le feu s’intensifie et attaque le Théâtre. Il faudra trois heures et une soixantaine de pompiers pour maîtriser la sinistre flambée. Le feu détruit une grande partie des immeubles de l’enclos Bideau et ravage la toiture du théâtre. L’eau des lances à incendie détrempe plâtre, fauteuils et moquette et si aucun blessé n’est à déplorer, les dégâts matériels sont conséquents. Au milieu de l’épais nuage de fumé et malgré la chaleur étouffante, pompiers et techniciens du Théâtre déploient des efforts surhumains pour décrocher le lustre de la Chapelle Saint-Géraud et le sauver, pour la deuxième fois de son existence, de la menace des flammes.

Pendant des jours, la population d’Aurillac, empreinte de stupeur et de tristesse, défile pour voire l’ampleur du désastre ; comme l’écrit La Montagne, « le centre historique panse ses plaies ».

Maquette de l'ancien Théâtre, avant l'incendie de 1999 et la restructuration de la salle

VR-Une brève histoire du Théâtre d’Aurillac / Billetterie

Une brève histoire du Théâtre d’Aurillac

 

La création d’un lieu de spectacle à Aurillac date de 1797, lorsqu’un local ruiné se transforme en salle de représentation avec ses beaux drapés et le lustre en cristal de la chapelle Saint-Géraud. Ce n’est qu’en 1809 que le théâtre de la ville s’installe dans les murs qui sont encore les siens aujourd’hui. Construit en 1625 , le bâtiment avait auparavant accueilli l’ordre de Notre Dame du Puy puis des bureaux de vote après la Révolution française. La salle de spectacle connait par la suite de multiples déboires : tombe en vétusté et est restaurée à maintes reprises.

Suite à un incendie au début des années 1880, le Théâtre est rénové sous l’apparence d’une vraie « bonbonnière » et on y célèbre tous les plaisirs ; opérettes, drames, vaudevilles ; tout est joué, tout est apprécié. Les spectacles se succèdent et en 1904, les artistes de l’Odéon jouent « le Cid ». Avec la guerre, ce sont les galas de soutien et les pièces engagées comme « les Oberlé », histoire d’une famille alsacienne qui sont données.

Les années 20 sont brillantes et on songe même à construire un théâtre tout neuf… au square ! Pourtant, bien vite, les pratiques culturelles changent et le public délaisse le théâtre au profit de loisirs nouveaux comme le cinéma. La salle tombe de nouveau en désuétude. Puis, avec les années 60, c’est le triomphe du Music Hall, au cinéma le Palace, mais aussi au Rex et au Normandy de grands artistes comme Charles Trenet, Edith Piaf et Claude François, font briller de mille feux les nuits d’Aurillac.

Les années 80 marquent l’avènement d’un théâtre engagé, en témoigne les personnalités accueillies : Léo Ferré, Serge Reggiani, Pierre Desproges. En 1990, le théâtre devient « scène nationale », ce qui fait d’Aurillac un lieu de création vivant et bouillonnant de projets. Mais le vrai succès populaire des années 90, c’est le théâtre de rue, avec lui, le théâtre mu et se renouvèle ; concerts, ballets, arts du cirque, etc. viennent enrichir le panel des spectacles proposés.

Maquette de l'ancien Théâtre, avant l'incendie de 1999 et la restructuration de la salle

Maquette de l’ancien Théâtre, avant l’incendie de 1999 et la restructuration de la salle

NAVETTES GRATUITES

NAVETTES GRATUITES

NAVETTES GRATUITES

Des navettes gratuites sont organisées pour le spectacle « Les Naufragés »  de la compagnie Bloc Opératoire programmé le jeudi 8 octobre et le vendredi 9 octobre à 20h30 au Parapluie (aux Quatres chemins à Naucelles).

Le départ se fera au square Vermenouze (du côté de l’Hôtel Le renaissance) à 19h45, un arrêt aura lieu place du 8 mai.

Les réservations se font auprès de la billetterie du Théâtre au 04 71 45 46 04 ou à billetterie@aurillac.fr

BILLETTERIE
Pour tous ceux qui n’auraient pas encore de billets, exceptionnellement, parce que les locaux nous le permettent,  une billetterie aura lieu sur place le soir des représentations à partir de 19h45.

SPECTACLE
« Les Naufragés » – Compagnie Bloc Opératoire 
Metteur en scène : Emmanuel Meirieu
jeudi 8 et vendredi 9 octobre à 20h30 – au ¨Parapluie
Tarifs : 12€ /9€ /5€

Avec Les Naufragés, Emmanuel nous donnera à écouter le témoignage d’un homme parti vivre avec les oubliés, les naufragés, les indigents. « J’ai voulu pour ces hommes fracassés, sans paroles, sans histoires, sans traces, ériger une sorte de monuments, un mémorial qui leur ressemble un peu [….] ».

Vidéo de présentation par Emmanuel Meirieu

Bulletin d’inscription / Journées Forum 31 janvier et 1er février 2020

BULLETIN D'INSCRIPTION

  • Conformément à la loi « informatique et liberté », vous disposez d’un droit d’accès et de modification des données vous concernant sur simple demande, auprès de billetterie@aurillac.fr. Ces informations ne seront pas communiquées.
  • Je souhaite m'inscrire sur les rencontres suivantes :

    VENDREDI 31 JANVIER

  • SAMEDI 1er FÉVRIER

  • L’inscription aux ateliers se fait dans la limite des places disponibles et par ordre d’inscription. Pour le spectacle pensez à acheter vos places sur internet sur  theatre-aurillac.mapado.com « Trois petites soeurs » compagnie Le Carrousel – Au Théâtre

Participation de 8 adolescentes / Spectacle « Ces filles-là »

Participation de 8 adolescentes / Spectacle « Ces filles-là »

ACTION DE MÉDIATION CULTURELLE

Dans le cadre d’un projet de médiation culturelle, le Théâtre d’Aurillac et la compagnie Ariadne ont proposé à 8 adolescentes volontaires de participer avec 12 comédiennes professionnelles au spectacle « Ces filles-là » programmé au Théâtre le mardi 3 décembre 2019.

Dans chaque lieu où la compagnie joue, un nouveau groupe de 8 jeunes filles rejoint l’aventure et prend place sur le plateau aux milieux des artistes. En amont, des projets de découverte de la pièce ont été menés au sein des établissements scolaires d’Aurillac. 8 jeunes filles ont ensuite été désignées comme les « ambassadrices » et sont devenues le « groupe des 8 », le « G8 ». Les participantes aux représentations programmées au Théâtre d’Aurillac sont issues des établissements : Lycée Agricole Georges Pompidou, Lycée Emile Duclaux et l’IUT Biologie.

Plus d’infos sur le spectacle : cliquez ici

LA PRESSE EN PARLE

  • Le journal La Montagne a rédigé un article qui est paru le jeudi 28 novembre : voir l’article

 

  • France 3 Auvergne a réalisé un reportage sur ce projet, il a été diffusé le lundi 18 novembre au journal du midi et le mercredi 20 novembre au journal du soir.

(Reportage de Laetitia Theodore et Lydie Ribes)